Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Patriote N° 4286 du 10/3/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Politique

Interview / Amani Oka Bertin (Membre du bureau politique du PDCI) : “Nous soutenons le Président Ouattara”
Publié le lundi 10 mars 2014  |  Le Patriote




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Bien que cadre influent du PDCI à Koumassi, Amani Oka Bertin a travaillé pour et avec le candidat du RDR à la municipale d’avril 2013. Dans cette interview il donne les raisons de ce choix, tout en se prononçant sur la vie de son parti à Koumassi
Le Patriote : Vous avez organisé le samedi passé, sous le parrainage du premier ministre Ahoussou Jeannot, une grande cérémonie de retrouvaille des militants du PDCI-RDA au centre Mathieu Ray de Koumassi. A quoi répondait cette cérémonie?
Amani Oka Bertin : vous me donnez l’occasion de revenir sur cette importante manifestation qui s’est tenue au centre Mathieu Ray de Koumassi, le samedi 01 mars ; sous le parrainage du premier ministre Kouadio Ahoussou Jeannot et la présence effective du secrétaire exécutif du PDCI-RDA, Pr Maurice Kakou Guikahué. A vrai dire, c’est la jeune fédération des ressortissants du grand Centre et de l’Est de Koumassi, qui a pris l’initiative d’investir son bureau. L’aîné que je suis, étant membre de la fédération et président d’honneur, a apporté son soutien et son savoir faire ; en invitant ses personnalités du PDCI à venir honorer de leur présence cette cérémonie. Voilà les raisons de notre présence dans ce centre de Koumassi.

L.P : Quelles sont les motivations de la création de cette fédération des jeunes du Centre et de l’Est de Koumassi ?
AOB : Je vais apporter une petite réponse à cette question, étant entendu que je ne suis pas le président de cette fédération. C’est en réalité un vide que ladite fédération vient de combler, étant donné qu’il y a d’autres associations de ce genre à Koumassi, telles que l’association du grand Nord, du grand Ouest etc. Au niveau du Centre et de l’Est, il y a avait un grand vide. Ces jeunes gens n’ont fait que combler ce vide, afin de permettre à ses ressortissants de travailler ensemble et être solidaire les uns des autres et suivre les mots d’ordre des gouvernants en ce qui concerne l’émergence du pays.

L.P : Avant cette rencontre, vous aviez organisé une grande réunion avec les femmes PDCI de Koumassi. Pourquoi cette réunion ?
AOB : Là aussi, je répondais à une invitation de Maman Affoué Marie, présidente des femmes volontaires de Côte d’Ivoire, qui est une association à obédience PDCI. Elles m’ont invité donc à l’occasion de la présentation des vœux de ces femmes volontaires, à leur présidente, qui est une femme dont je suis proche. Celle-ci m’a demandé d’aller la soutenir dans cet événement heureux. J’ai donc répondu à l’appel et je pense avoir tiré mon épingle du jeu.

L.P : On sait que vous êtes un cadre très influent à Koumassi. Lors des élections municipales passées, vous étiez avec le ministre Cissé Bacongo, bien que vous soyez du PDCI-RDA. Pourquoi avoir fait ce choix au détriment de votre formation politique conduite par un des vôtre ?
AOB: Moi je suis pour le rassemblement. Le RDR est un parti du RHDP, aussi bien que le PDCI. J’ai été sollicité par le candidat du RDR et je lui ai apporté mon soutien en toute connaissance de cause.

L.P : Après ces élections, n’y a-t-il pas eu de grincement de dent avec votre parti, le PDCI ?
AOB: En ma connaissance non. Nous sommes dans une faitière, un creuset. Je ne vois pas d’inconvénient à apporter mon aide à un candidat de mon choix. C’était un candidat que j’avais choisi et j’espère qu’il est content de ce que j’ai eu à faire. C’est le passé et cela est derrière nous. J’ai été choisi comme membre du bureau politique du PDCI-RDA, après le 12ième congrès et je suis le vice-président… Je suis un cadre influent, j’aime le dynamisme. Je pense qu’à Koumassi, on a beaucoup de choses à faire, en termes d’implantation du PDCI et de développement. Si nous nous entendons sur les objectifs et élaborions un plan d’action avec les hommes qu’il faut, je pense que les choses peuvent aller de l’avant.

L.P : Après les élections, quels sont vos rapports avec le Maire N’Dohi Raymond ?
AOB: vous me donnez l’occasion de lever le voile sur les rapports au sein du PDCI à Koumassi. J’ai approché le maire pour le solliciter afin que nous travaillions ensemble. Ce qu’il a d’ailleurs accepté. J’ai participé à la première réunion, il y a environ deux semaines, qui a été convoquée à la maison du PDCI relative à la répartition des sections du parti. J’attends donc, car c’était la première grande réunion et il y a eu, le bureau politique hier seulement qui nous convoque également pour le compte rendu des activités du bureau politique. Au plan politique, nos relations sont bonnes. Nous n’avons pas les mêmes visions, nous ne sommes pas peut être de la même époque ; mais c’est mon patron en matière de politique et il a plus d’expériences que moi. J’ai à apprendre auprès de lui, c’est le délégué communal et je le lui rends. Toutefois qu’il me convoquera, je m’y rendrai, car c’est mon patron politique et je donnerai le meilleur de moi-même.

L.P : Vous avez parlé du RHDP, qui fait débat aujourd’hui sur la question de la candidature unique. Quelle est votre position sur la question ?
AOB : Vous savez, nous nous sommes des personnalités assez disciplinées. Les gens parlent dans les journaux. Mais le RDR, via le président de la République n’a encore rien dit. Le PDCI qui est le parti allié n’est pas encore saisi. Nous attendons quand nous serons saisis au niveau du bureau politique, nous aurons notre mot à dire. Ceci étant, il faut retenir que nous soutenons, le président Ouattara.

L.P : Les perspectives de 2015 sont là. Comment vous les préparer ?
AOB : Lesquelles perspectives, car il y en a beaucoup.

L.P : la mère des élections (la présidentielle) et les élections locales ?
AOB : Je pense que, une fois que les états major ont décidé et les différents partis politiques se prononceront, nous allons prendre notre part du sacrifice et travailler comme je l’ai l’habitude de le faire. A ce niveau, moi je suis toujours prêt. J’attends le mot d’ordre.

Réalisée par Jean-Claude Coulibaly

Comment

 Commentaires



Comment