Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Art et Culture
Article



 Titrologie



Nord-Sud N° 2609 du 17/3/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment


 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Art et Culture

Ramsès de Kimon, chanteur ivoirien vivant aux USA : “Pourquoi j’avais laissé la musique”
Publié le mardi 18 mars 2014  |  Nord-Sud


Masa
© AFP par DR
Masa 2014 : Alpha Blondy et plusieurs artistes pour la clôture
Samedi 08 mars 2014. Palais de la Culture de Treichville - Abidjan. L`international reggae star ivoirien, Alpha Blondy a donné un concert live riche en sons et lumières, à la faveur de la cérémonie de clôture de la 7e édition du Marché des arts et de Spectacles Africain (MASA). Plusieurs d`autres artistes dont Ramses De Kimon ont également égaillé le public du festival


Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

De retour en Côte d’Ivoire à l’occasion de la huitième édition du Marché des arts du spectacle africain (Masa), Ramsès de Kimon a repris sa carrière musicale. L’ingénieur informaticien explique comment, à un moment donné, il a mis la musique en stand by.


Après des tubes, Ramsès de Kimon a disparu. Où êtes-vous et quelle est votre actualité ?

Je vis aux Etats-Unis depuis longtemps. Mes activités sont axées sur la musique et l’informatique. Je suis ingénieur informaticien, titulaire d’un master en informatique.

Entre l’informatique et la musique, qu’est-ce qui a pris le dessus ?

Chacune a pris le dessus, à un moment donné. Je ne pouvais pas suivre les deux en même temps. Je suis arrivé à un stade de ma vie où certaines situations m’ont permis de prendre des décisions. Je demeure un artiste, je n’ai pas abandonné la musique. Elle me permet d’être positif. En 2012, je suis venu voir ma famille. Depuis environ un an, je m’apprête à faire un retour musical.

On a vu sur la scène du Masa, un Ramsès de Kimon essoufflé…

Je n’étais pas essoufflé. Chanter et danser, comme je le fais, il n’y a pas beaucoup d’artistes ivoiriens qui réussissent cela. J’avais juste besoin de reprendre mon souffle à un moment donné, c’est tout. La preuve, j’arrivais à chanter.

Ce qui pourrait laisser penser que Ramsès a mis la chanson de côté…

Non. Je n’ai pas abandonné la chanson. Je ne veux plus faire de petites choses parce que j’étais arrivé à un stade très élevé au niveau de ma carrière, ici en Côte d’Ivoire. Je me suis focalisé sur l’international, mais les choses ont pris du temps pour évoluer. J’ai toujours persévéré et aujourd’hui les résultats sont là. Il s’agit pour moi de reprendre ma carrière où je l’ai laissée, surtout en Côte d’Ivoire. Quand j’ai reçu l’invitation pour le Masa, j’ai saisi cette occasion pour renouer avec le public.

Que prévoit Ramsès pour son prochain album ?

Je me suis fait connaître avec trois albums. La rythmique répond à une certaine constance. Je ne peux être aussi statique. Je me dois d’être dynamique, car le reggae a de nombreux styles. Je chante beaucoup plus l’a­mour et la vie. Etant de confession Harris, je chante également des chants religieux.

Pouvez-vous en parler
davantage ?

Le titre n’est pas encore connu, mais il va comporter entre dix et quinze chansons. J’ai encore des duos à faire avec des artistes jamaïcains. L’album sera finalisé aux Etats-Unis, d’ici la fin de l’été. Je vais y adjoindre des vidéos. Mon rêve est de revenir après le Masa pour un concert, à Abidjan.

Avec qui avez-vous travaillé ?

J’ai travaillé avec beaucoup de personnes. En termes de spectacle live, j’ai fait pas mal de tournées. J’ai tourné avec Ijahman, Culture, Steel Pulse, Sister Carol etc. Mais ce n’était pas suffisant pour moi. Il me fallait les moyens. C’est pourquoi j’ai décidé de repartir à l’école pour avoir un boulot qui me rapporte de l’argent afin de réinvestir dans la musique.

Pendant votre absence, la musique ivoirienne a évolué. Quel est votre regard sur ce qui se fait en ce moment ?

Je ne peux que féliciter tous ces artistes qui ont créé des mouvements. Ce sont des cho­ses extraordinaires qui méritent d’être cultivées. Malheureusement, ces artistes n’ont pas de vision. Je souhaite qu’ils soient plus ambitieux.

Après cette crise postélectorale, quel sera le rôle de la culture pour la réconciliation ?

La culture doit pouvoir rassembler tout le monde autour d’un même objectif : celui de voir une Côte d’Ivoire prospère, paisible. Je sens une renaissance de l’art, c’est ce qui m’a encouragé à venir. On sent que les choses bougent. Les autorités travaillent, il faut les encourager.

Vous avez fait des sorties au sujet du Masa. Que reprochiez-vous à l’organisation?

Je dirai plutôt une suggestion. Je propose que le Masa soit centralisé. Ce n’est pas facile de mobiliser des techniciens pour le Masa Off et In. Tout le monde a l’occasion de voir les mêmes choses au même moment. Je pense que cela va faciliter la tâche aux organisateurs. `

Quels sont vos rapports avec les autres membres de l’Orchestre de l’université d’Abidjan (Oua)?

Nous sommes en contact. En ce moment, je suis tellement sollicité que je n’ai pas pu les rencontrer. Je peux vous assurer qu’on se parle de temps en temps.


Réalisé par Sanou A.

Comment

 Commentaires



Comment