Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Showbizz
Article



 Titrologie



Le Mandat N° 1329 du 18/3/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Showbizz

Musique / Artiste de la diaspora : Le petit Alpha et sa dose de révolution
Publié le mardi 18 mars 2014  |  Le Mandat




Comment

 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

Diallo Moussa à l'état civil, il se fait appeler « capitaine Balla » ou encore « petit Blondy ». Natif de Divo, ce jeune artiste musicien chanteur à la voix chromée s'est imposé au Mali, à travers les interprétations des chansons du waraba national, Alpha Blondy. Après avoir joué dans de grands orchestres et côtoyé de grands artistes, il sortira bientôt son premier album de 9 titres. C’est en 2003 que le célèbre Zani Diabaté qui le découvre, le recrute dans son orchestre le Diata Band. Il va donc exercer auprès de ce dernier, durant 9 ans, sous les couleurs de Alpha Blondy. Capitaine Balla va ensuite intégrer l'orchestre « Aïco Band » de l'hôtel de l'amitié, avant de se retrouver dans l'orchestre « Soul train band » essentiellement composé de jeunes ivoiriens. « Le temps passé avec Zani Diabaté m'a permis de me frotter à de grands artistes comme Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly, Cheick Tidiane, Oumou Sangaré etc. », indique le petit Blondy. Le capitaine Balla boucle en ce moment son premier album 100% Reggae avec une coloration mandingue, qu'il appelle « gestation », comme pour s'accommoder à la durée d'une grossesse. Les sujets abordés sont liés à la fracture inter-politique, religieuse, les guerres et la révolution d'une génération nouvelle. « Il est temps que la jeunesse comprenne que la musique Reggae est philosophique et ghettoïste pour que la révolution trouve son sens. Et d'ailleurs, c'est le message rasta que les politiques comprennent facilement et cela peut nous aider à faire changer
positivement les choses », plaide capitaine Balla. Puisque l'Afrique est très malade, ce jeune artiste fougueux demande de profiter « en dose », pour soigner notre continent. Oui ! Travailler pour le réveil de l'Afrique, afin de ne plus connaître de guerre surtout qu'il y ait plus de choses qui nous unissent que celles qui nous divisent dans ce continent. « Le monde n'est pas ce que nous pensons de lui», philosophe capitaine Balla.

Oulaï B. Nadège

Comment

 Commentaires



Comment