Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article




  Sondage




 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Société

Réchauffement climatique: le GIEC publie son rapport le plus alarmiste depuis 2007
Publié le mardi 1 avril 2014  |  AIP




Comment

 Vos outils




Abidjan - Un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) intitulé "Changement climatique 2014: impacts, adaptation et vulnérabilité" avertit qu’insécurité alimentaire, pénurie d'eau, déplacements massifs de populations, risques de conflits sont des situations qui vont s’accroître avec l'intensification du réchauffement.

Les travaux du GIEC, qui concernent 195 pays, servent de base à des difficiles négociations internationales sur le financement des actions d'adaptation et la réduction des gaz à effet de serre. L'objectif est de limiter le réchauffement à 2°C en moyenne par rapport aux niveaux pré-industriels, la planète ayant déjà pris 0,8°C et la trajectoire actuelle nous conduisant vers +4°C à la fin du siècle.

Selon l’Agence France Presse (AFP), le dernier rapport du GIEC souligne que ce sont les populations pauvres des pays du Sud qui souffriront le plus du changement climatique. "La part de la population mondiale confrontée à des pénuries d'eau ou affectée par d'importantes inondations va s'accroître avec le niveau du réchauffement au 21e siècle", souligne la dépêche.

Si les impacts économiques globaux "sont difficiles à estimer", le GIEC estime toutefois que le changement climatique va "ralentir la croissance, (...) réduire la sécurité alimentaire et créer de nouvelles poches de pauvreté".

Une aggravation des événements climatiques extrêmes va engendrer des déplacements de population, notent les scientifiques. « Moins d'eau et de ressources alimentaires, des migrations accrues, tout cela va indirectement augmenter les risques de conflits violents », met encore en garde le GIEC.

Enfin, les problèmes sanitaires causés par des canicules vont empirer, tout comme dans les régions pauvres les maladies liées à la malnutrition ou la mauvaise qualité de l'eau.

Aucune région du monde ne sera épargnée. En Afrique, l'accès à l'eau sera déterminant. En Europe, ce sera l'aggravation des inondations et leurs conséquences sur les infrastructures et les effets sanitaires des vagues de chaleur. En Asie, inondations et vagues de chaleur risquent de provoquer d'importants déplacements de population.

L'Amérique du Nord va endurer davantage d'évènements extrêmes (canicule, inondations côtières, incendies). L'Amérique latine, comme l'Afrique, sera confrontée au problème de l'eau. Les régions polaires et les îles seront particulièrement affectées par le réchauffement, via la fonte accélérée des glaciers et la montée des océans.

Le GIEC suggère toute une panoplie de mesures d'adaptation à une planète plus chaude, notamment la protection des côtes, le stockage d'eau, l’irrigation, de nouvelles pratiques agricoles, les systèmes d'alerte sanitaire, le déplacement d'habitats.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat est un organisme intergouvernemental, ouvert à tous les pays membres de l'ONU.

(AIP)
cmas

Comment

 Commentaires



Comment