Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article



 Titrologie



Le Democrate N° 937 du 11/4/2014

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie

  Sondage


 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Politique

Aux mains de Wattao: Or donc le pistolet en or appartient à Lida Kouassi Moïse
Publié le samedi 12 avril 2014  |  Le Democrate




Comment

 Vos outils




L'origine du pistolet en or d'Issiaka Ouattara dit Wattao a été révélée ce vendredi à l'occasion de la commémoration du 11 avril par le Front populaire ivoirien (FPI).
En tout cas l'ex-com-zone de la rébellion ivoirienne de 2012 n'a pas acquis de façon légale cette arme. C'est une partie du butin du cambriolage de la résidence du ministre Lida Kouassi Moise le 11 avril 2011 par des éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire ( FRCI ) suite à l'arrestation de l'ex-chef d'Etat ivoirien,rLaurent Gbagbo.
Le propriétaire légitime du pistolet objet de convoitise l'a lui même signifié lors d'un témoignage au siège provisoire du FPI à Attoban pendant qu'il se prononçait sur son exil togolais."(...) Au bout de 15 minutes, un deuxième groupe moins nombreux et moins armé, mais plus violent et plus impatient est arrivé. Ils m'ont donné un violent coup de crosse à ma hanche, je continue de souffrir de cette douleur et ils m'ont conduit dans ma chambre où en fouillant bien, ils ont découvert un coffret qui contenait une montre en or massif et un pistolet en or qui m'avait été offert par mon homologue ministre de la Défense Iranien. C'est ce pistolet qu'un chef de guerre brandit sans cesse comme un butin de luxe qui a été trouvé chez rLaurent Gbagbo. C'est faux c'est mon pistolet à moi..." a déclaré Lida Kouassi Moise sans citer le nom de rWattao.
Revenant sur les raisons qui l'ont contraint à prendre le chemin de l'exil le soir du 11 avril 2011 après le cambriolage de sa résidence et apres son assassinat manqué, l'ex-ministre de la Défense s'explique :"j'ai dû, à mon corps défendant partir en exil. J'ai pris le chemin de l'exil le soir de la bataille du 11 avril 2011. Ce jour là j'étais durant les combats chez moi. Non pas comme un être insouciant mais comme un militant perplexe et désespéré. Comme un acteur politique désemparé. Mais quoi que je voyais le président Laurent Gbagbo résister avec courage avec tant de dignité et avec sérénité aux bombardements de la résidence du président de la république de Côte d'Ivoire, baptisée pour les besoins de la cause le bunker de Laurent Gbagbo RechercherLaurent Gbagbo comme s' il s'agit de bunker de Hitler, je n'avais nullement l'idée de partir. J'étais comme tétanisé. J'avais moi même été pendant une brève accalmie à la résidence pour lui porter un message."
La suite on l'a connaît après deux ans d'exil, l'ex-ministre de la Défense proche de Laurent Gbagbo sera arrêté à Lomé puis extradé par la suite à Abidjan.
Dans son récit Lida Kouassi Moise n'a de cesse remercié l'apport de l'ex-ministre togolais,

André Koffigoh aux réfugiés ivoiriens.

Comment

 Commentaires



Comment