Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article




  Sondage




 Nous suivre

Nos réseaux sociaux



 Autres articles

Comment

 Petites Annonces avec Annonces.ci  




Région

Un dozo en détention sème la panique à la gendarmerie de Bouna
Publié le lundi 14 avril 2014  |  AIP




Comment

 Vos outils




Bouna - Hien Lessouenté, membre de la confrérie des dozo (chasseurs traditionnels) de Bouna (Nord-est, région du Bounkani), arrêté dimanche et détenu dans les locaux de la brigade de gendarmerie de cette localité, a semé la panique au sein de la brigade, aux environs de 21 heures, sous la menace d'une arme blanche.

Arrêté pour coups et blessures sur un éleveur peulh dont il a accusé les bœufs d’avoir détruit sa plantation, Hien Lessouenté a été placé en garde à vue.

Voulant certainement s’évader, il simule un malaise et bénéficie d’une dérogation lui permettant de sortir de sa cellule et de s’asseoir dans le hall. Ce, suite aux recommandations d’un médecin venu l’examiner.

Aux environs de 21 h 30, au moment où les éléments de garde étaient assis sur un banc à la porte, le détenu s’empare de sa machette qui lui avait été retirée lors de son interpellation et fonce sur eux.

C’est un sauve-qui-peut. Les trois gendarmes et deux militaires présents s’enfuient dans un premier temps, avant de revenir prendre position.

Les négociations s’engagent. Mais Hien, de plus en plus menaçant, exige sa libération et refuse de déposer sa machette.

Un des deux militaires qui était armé enclenche un tir de sommation qui n’ébranle guère le dozo. Quelques minutes après, un autre tir retentit et le dozo qui se dit invulnérable aux balles, ne démord pas.

Entre temps, le commandant de la brigade a fait venir un renfort de cinq éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI).

Le chef des dozo, arrivé lui aussi sur les lieux, reçoit le soutien d’un contingent d’une trentaine d’éléments. Ce sont eux qui, finalement, parviennent à désarmer leur frère d’arme.

Il a été remis en cellule et devrait être entendu ce lundi avant d’être déféré à la maison d’arrêt et de correction de la ville, pour répondre des chefs d’accusation qui pèsent sur lui.

(AIP)
ibt/ik/fmo/kkp/ask

Comment

 Commentaires



Comment