Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Le ministre de l’agriculture lance le Projet d’appui au secteur agricole à Korhogo
Publié le dimanche 22 juin 2014  |  AIP
La
© Autre presse par DR
La Première Dame rencontre les Producteurs de Café-Cacao à San Pedro
San Pedro. Ph: Mamadou Sangafowa Coulibaly
Comment




Korhogo,– Le ministre de l’Agriculture, Sangafowa Mamadou Coulibaly, a lancé samedi à la direction régionale de l’Agriculture de Korhogo, la composante 3 du Projet d’appui au secteur agricole (PSAC), pour les filières coton et anacarde, en vue d’améliorer leur productivité et lutter contre la pauvreté en milieu rural.

La composante 3 du PSAC est un soutien à la filière coton et à la promotion de la transformation de la noix de cajou dans le centre-nord de la Côte d’Ivoire. Elle s’inscrit dans le cadre du PSAC qui a pour but, de lutter contre la pauvreté en milieu rural à travers une amélioration des revenus des producteurs bénéficiaires, d’améliorer le fonctionnement des chaînes d’approvisionnement ainsi que de créer de la valeur ajoutée.
Comme objectif spécifique, le PSAC ambitionne d’améliorer « la productivité et l’accès des petits exploitants aux technologies et aux marchés et d’améliorer la gouvernance des ces filières ».

Selon le ministre de l’Agriculture, les résultats attendus de ce projet au niveau de la filière coton-anacarde sont de transformer 25% de la production d’anacarde dans un premier temps, d’améliorer la productivité et de mettre en place 12.000 hectares de plantations créées avec du matériel végétal performant, et d’encadrer 20.000 producteurs d’anacarde.

Au niveau de la filière coton, il s’agira de fournir 20.000 bœufs et des équipements de traction d’une valeur totale de 10 milliards FCFA, d’installer 30.000 pièges à mouches tsé-tsé pour protéger les planteurs de ce vecteur de maladie et d’installer également 500 comités villageois de lutte contre ladite mouche.

Concernant cinq filères (cacao, hévéa, coton, anacarde, palmier à huile) pour un financement global de 75 milliards FCFA sur toute l’étendue du territoire ivoirien, le PSAC est financé par la Banque mondiale, l’Agence française de développement (à travers le C2D), l’Etat ivoirien et les organisations des filières concernées.

Le projet touche au moins 500.000 bénéficiaires directs et indirects dont 17% de femmes. Il permet aussi de réhabiliter et d’entretenir 5.800 Km de route de desserte agricole, pour faciliter l’écoulement des produits.

Concernant l’amélioration de la productivité, c’est 27,9 milliards FCFA qui sont injectés dans la filière coton, et 2,39 milliards pour la filière anacarde.
Quant à l’appui à l’organisation des coopératives et aux organisations interprofessionnelles, il se chiffre au total à 4,9 milliards FCFA, soit 3,6 milliards pour la filière coton et 1,3 milliard FCFA pour la filière anacarde.

Au cours de la cérémonie, le président du conseil d’administration de l’Intercoton, Tuo Lacina, a souligné que la filière coton bénéficie de plus de 40% du PSAC. Il a rassuré le ministre de l’Agriculture, les partenaires techniques et financiers de son entière adhésion au projet.
Le directeur général du conseil du coton et de l’anacarde, Sanogo Malamine, a quant à lui remercié le ministre de l’Agriculture pour avoir accompagné la réforme de la filière coton-anacarde, conformément aux engagements pris par le Président de la République, Alassane Ouattara, dans son programme de gouvernement, en vue d’améliorer durablement les revenus des producteurs.

Il a souligné que les activités prévues par le PSAC pour la filière coton-anacarde cadrent avec les axes stratégiques de la reforme de la filière, à savoir notamment l’optimisation de la production et l’amélioration de la qualité du coton et de l’anacarde, l’augmentation de la valeur ajoutée à la transformation, l’amélioration du cadre de vie des producteurs.
Les autres composantes du PSAC sont notamment la composante 1 qui est la promotion du partenariat public-privé pour le développement durable du cacao dans le sud-ouest ivoirien, la composante 2 qui est le soutien à l’extension et au renouvellement des plantations villageoises de palmier à huile et d’hévéa dans le sud-est du pays, et la composante 4 concernant la mise en œuvre du projet et le soutien de la coordination du Programme national d’investissement agricole (PNIA).

Ce Projet lancé à Korhogo pour la filière coton-anacarde, a été lancé à Divo dans la zone de production du palmier à huile et de l’hévéa, à San Pedro dans la zone de production du café et du cacao. Les activités du PSAC se déroulent dans les régions du Gbêkê, du Poro, du Tchologo, de la Nawa, du Sud-Comoé, du Hambol et du Gontougo.
Une visite du champ école paysan de noix de cajou dans la sous-préfecture de Tioroniaradougou a été effectuée par le ministre de l’Agriculture et les officiels. Une démonstration de greffage de plants y a été présentée.

apk/cmas


Articles associés

 
Commentaires


Comment