Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

En visite à la Direction générale du Budget et des Finances / Kablan Duncan informe : “L’Etat a décidé de payer la bonne dépense”
Publié le jeudi 3 juillet 2014  |  Le Patriote
Direction
© Abidjan.net par Didier ASSOUMOU
Direction Générale du Budget et des Finances: le Premier Ministre en visite à la DGBF
Mercredi 02 juillet 2014. Abidjan. Le Premier Ministre Daniel Kablan DUNCAN a rendu visite au personnel de la Direction Générale du Budget et des Finances.
Comment




L’Etat a décidé de faire de l’optimisation de la gestion des finances publiques, son crédo. Hier, à la faveur de sa visite dans les locaux de la Direction générale du Budget et des Finances (Dgbf), à la Cité financière, au Plateau, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a réaffirmé la volonté du gouvernement ivoirien d’instaurer la transparence mais surtout la rigueur dans la gestion des finances publiques. A l’occasion, il a insisté sur les réformes judicieuses à conduire pour assurer un contrôle efficient des dépenses publiques. Surtout relativement à la mission de contrôle de la Dgbf. « l’Etat ne paie que la bonne dépense et toute tentative de fraude doit être enrayée et sanctionnée conformément aux textes réglementaires en vigueur », a averti Duncan. Qui a affirmé avoir institué des visites systématiques de toutes les structures dont il à la charge, afin de mieux les connaître, partager leur quotidien et leurs préoccupations essentielles et mieux s’imprégner de leurs conditions de travail. Duncan a expliqué que sa visite est surtout orientée vers les outils de gestion de la Direction générale du Budget et des Finances, ‘‘un maillon essentiel dans la gestion des finances publiques’’.

Duncan salue la qualité du travail

Ainsi, après la visite des outils de gestion que sont la Solde An 2000, le Système Intégré de Gestion des Marchés Publics (SIGMAP) et le Système Intégré de Gestion Budgétaire (SIGBUD), il a exprimé sa satisfaction pour la qualité du travail déjà abattu et qui constitue un pas important vers la transparence et l’efficacité des procédures de gestion des finances publiques. « Cette efficacité se mesure notamment en termes de réduction de délais, et cela fait la différence avec ce qui se fait dans d’autres pays. Mais nous pouvons et devons tous mieux faire », a précisé Duncan. Relevant en outre que les défis à relever nécessitent des outils techniques modernes comme ceux développés par la Dgbf. Aussi a-t-il félicité cette direction pour le succès des applicatifs métiers SIGFIP, SIGBUD, SIGMAP, RICI et SOLDE AN 2000, produits de l’expertise ivoirienne, qui s’exportent pour la plupart dans la sous-région ouest africaine et même au-delà. Il a donc demandé de ne pas s’arrêter en si bon chemin au vue des chantiers en cours qui pourraient accroître l’efficacité de la gestion budgétaire. Il a assuré la Dgbf de son soutien et s’est réjoui du travail abattu par cette structure. Toute chose qui a permis le vote, dans les délais constitutionnels, du budget 2014 ainsi que les efforts déployés dans l’exécution quotidienne de ce budget. Et l’exécution du budget 2014 étant caractérisée au premier trimestre par un taux d’exécution global de 102,3 % ; un taux d’exécution des dépenses d’investissement de 115,8 % ; un taux d’exécution des dépenses pro pauvres de 115,8 % ; un taux de gré à gré avec une tendance baissière par rapport à l’exercice 2013. « Au titre de l’exercice 2015, il importe de s’assurer de la tenue effective et à bonne date des conférences budgétaires internes aux ministères aux fins de la prise en compte des priorités du Gouvernement », a souligné le Premier ministre. Il a par ailleurs demandé de veiller au strict respect de l’orthodoxie budgétaire et à la maîtrise, voire la réduction des délais de traitement des dossiers, tant dans l’élaboration que dans l’exécution du budget.

Des réformes judicieuses

Peu avant, Abdourahmane Cissé, ministre en charge du Budget, a qualifié la Dgbf de ‘‘service pivot’’, maillon essentiel du système de gestion des finances de Côte d’Ivoire, et qui met un point d’honneur à mener à bien la politique budgétaire du gouvernement en matière de dépenses, orientée vers le renforcement des dépenses d’investissement. Aussi le ministre Cissé s’est-il appesanti sur la mise en place de plans d’engagement budgétaire et de passation des marchés publics ; la mise en œuvre de la stratégie de maîtrise de la masse salariale, adoptée en mai 2014 par le Gouvernement ; la modification du code des marchés publics ; la mise en place d’un comité de suivi des réformes et d’un comité de suivi des délais. « Nous sommes aussi engagés dans un vaste programme de réformes budgétaires dans le cadre de la Gestion axée sur les résultats (GAR) avec la mise en place de budget programme. A cela, il faudrait ajouter les études liées à la révision du Sigfip ; une meilleure rationalisation de la gestion des véhicules ; la réduction des subventions de l’Etat aux Epn, Sode et Sem après les audits de leurs charges normatives ; la réduction de 25% du nombre d’Epn par fusion, transfert d’activités, etc. Ainsi que de l’audit des subventions accordées aux écoles privées pour les frais d’écolage des élèves affectés par l’Etat dans ces établissements. « Si nous menons à terme toutes ces réformes, la Direction générale du Budget et des Finances, jouera pleinement sa partition dans la vision stratégique du Président de la République », a promis le ministre en charge du Budget. Pour sa part, Seydou Traoré, Directeur général de la Dgbf, s’est réjoui de la visite de Duncan, car « c’est la première fois qu’un Premier ministre nous fait l’insigne honneur de nous rendre visite dans nos locaux ». Il a fait savoir que la Dgbf dispose de 1744 fonctionnaires et agents de l’Etat. Selon Seydou Traoré, le vaste programme de réformes des finances publiques engagé depuis les années 90 s’est traduit par la mise en place d’un budget unique et d’une nouvelle nomenclature plus explicite, renforçant la transparence dans l’utilisation des crédits budgétaires. Et ces réformes ont également apporté une nette amélioration dans le processus d’élaboration et d’exécution du budget de l’Etat à travers le développement des applicatifs Sigbud, Sigfip, Solde An 2000 et Sigmap pour lesquels la Côte d’Ivoire fait figure de pionnier dans la sous-région. Tout en indiquant que la Dgbf est prête à jouer son rôle dans la reconstruction nationale et la relance économique, Seydou Traoré a fait des doléances. Elles sont relatives à la réhabilitation du bâtiment principal abritant les services de la Dgbf devenu vétuste, et son extension, par la construction de l’immeuble annexe, prévu pour décongestionner ledit bâtiment. A cela s’ajoute la poursuite du programme de redéploiement de la Dgbf à l’intérieur du pays, par le truchement de la reprise de la construction des mini-cités financières.

JAD
Commentaires


Comment