Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

CPI : l’audience de confirmation des charges contre Blé Goudé reportée au 22 septembre
Publié le samedi 12 juillet 2014  |  APA
Justice:
© AFP par DR
Justice: 1ère comparution de Charles Blé Goudé à la Cour Pénale Internationale (CPI)
Jeudi 27 mars 2014. Haye. Charles Blé Goudé, accusé de crimes contre l’humanité devant la Cour pénale internationale.
Comment




Abidjan - La Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (CPI) a décidé, vendredi, de reporter au 22 septembre prochain la date de l’ouverture de l’audience de confirmation des charges dans l’affaire « le Procureur contre Charles Blé Goudé », afin de « permettre aux parties d’achever la divulgation des preuves avant l’ouverture de l’audience ».

Selon un communiqué transmis à APA, « la Chambre a autorisé le Procureur à terminer la divulgation des preuves, y compris d’éléments de preuve supplémentaires, sur lesquels elle entend se fonder lors de l’audience de confirmation des charges ainsi qu’à déposer le document contenant les charges au plus tard le 22 août 2014».

La même source ajoute que « la Défense devra divulguer ses preuves en vue de cette audience au plus tard le 5 septembre 2014 ». Charles Blé Goudé a comparu pour la première fois devant la CPI le 27 mars dernier. La juge unique Silvia Fernandez de Gurmendi avait initialement fixé le début de l’audience de confirmation des charges au 18 août prochain.

Farouche partisan de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, M. Blé Goudé été remis le 22 mars dernier à la CPI par les autorités ivoiriennes en exécution d’un mandat d’arrêt délivré par les juges de la CPI le 21 décembre 2011 et rendu public le 30 septembre 2013.

Charles Blé Goudé, 42 ans, de nationalité ivoirienne, aurait engagé sa responsabilité pénale individuelle, en tant que coauteur indirect, pour quatre chefs de crimes contre l’humanité (meurtres, viols et autres violences sexuelles, actes de persécution et autres actes inhumains).

Ces crimes auraient été perpétrés dans le contexte des violences postélectorales survenues sur le territoire de la Côte d’Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

LS/APA


Articles associés

 
Commentaires


Comment