Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Art et Culture

Lancement du projet DPDDA II pour augmenter le volume de diamants en Côte d ’ Ivoire
Publié le lundi 21 juillet 2014  |  APA
Mines:
© Abidjan.net par M. Yao
Mines: lancement du Projet Droit de propriété et Développement du diamant artisanal.
Lundi 21 Juillet 2014. Golf Hôtel Abidjan. Le ministre de l`Industrie et des Mines, M. Jean-Claude Brou, a procédé au lancement officiel du Projet Droit de Propriété et Développement du Diamant Artisanal(DPDDA II), dans le cadre de la mise en œuvre du Processus de Kimberley relativement aux actions de normalisation du secteur du diamant.
Comment




Le projet Droits de propriété et développement du diamant artisanal (DPDDA II) a été, officiellement, lancé, lundi, par le ministre ivoirien de l’Industrie et des mines, Jean-Claude Brou, en présence de l’Ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Terence McCulley.

Le projet DPDDA II est une initiative cofinancée par le gouvernement des Etats-Unis, à travers l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et l’Union européenne.

Selon Terrah DeJong, le directeur national du projet, DPDDA II vise un double objectif à savoir « augmenter le volume de diamants légalement exportés et améliorer les conditions de vie » des communautés minières.

« Le projet s’inscrit dans le cadre du Processus de Kimberley, qui est le dispositif international mis en place pour lutter contre les diamants liés aux conflits » a indiqué M. DeJong, déclinant les 4 axes du projet que sont « le foncier, la gouvernance, le développement économique et la sensibilisation ».

Pour l’Ambassadeur McCulley, le projet DPDDA II est la preuve de l’engagement des Etats-Unis à la mise en œuvre du Processus de Kimberley et de façon générale aux principes de la bonne gouvernance et du développement durable.

« La Côte d’Ivoire a rejoint le Processus de Kimberley en 2003, mais n’a pas pu participer pleinement à cause de la longue crise du pays. Toutefois, pendant cette période, les Etats-Unis sont restés très actifs dans leur assistance pour l’amélioration de la transparence dans le secteur du diamant par la création du Groupe des Amis de la Côte d’Ivoire » a souligné le diplomate américain.

Selon M. McCulley, la levée de l’embargo sur le diamant ivoirien n’est pas une « fin en soi » mais fait partie d’un « processus à long terme » et au-delà du soutien du Groupe des Amis, le projet DPDDA II offre la voie de consolider, véritablement, les acquis, invitant le gouvernement à « une étroite collaboration » pour la réussite du projet.

Pour sa part, le ministre ivoirien de l’industrie et des mines Jean-Claude Brou a rappelé les reformes du gouvernement qui ont permis à la Côte d’Ivoire d’être conforme au système de certification du diamant qui a abouti à la «levée de l’embargo sur l’exportation du diamant ivoirien en avril 2014 ».

« Cette levée marque un tournant important dans le programme de relance et de redynamisation du secteur du diamant » s’est félicité M. Brou, annonçant que la Côte d’Ivoire s’attèle à préparer « l’ouverture des bureaux d’achat du diamant avant la fin de l’année 2014 », en vue de « compléter la chaîne de l’exploitation du diamant à l’exportation ».

Le projet DPDDA II est exécuté par Tetra Tech ARD, un bureau d’étude américain avec une équipe de 20 employés répartis entre des bureaux à Abidjan, Séguéla (Nord-ouest) et Tortiya (Centre-nord) en partenariat avec le Secrétariat permanent de la Représentation du Processus de Kimberley en Côte d’Ivoire. L’exécution du projet est prévue de 2013 à 2018.


HS/ls/APA


Articles associés

 
Commentaires


Comment