Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article
Région

Béttié / Electrification du village d’Abradinou : les habitants exigent d’êtres dédommagés avant toute destruction de leurs plantations
Publié le mercredi 23 juillet 2014  |  L’intelligent d’Abidjan
Comment




L’heure est à la méfiance au sein des populations du village d’Apprompron-Afewa dans le département de Béttié. Ce faubourg où l’activité dominante demeure l’agriculture vit en effet, des moments d’incertitude et de doute depuis l’annonce de l’électrification du village d’Abradinou situé à 25 km du leur. L’électrification du village d’Abradinou d’un cout global d’environ 300 millions de FCFA s’inscrit dans le cadre du Programme présidentiel d’urgence (PPU). La réalisation des travaux passe mathématiquement par la destruction de plusieurs plantations d’hévéa, propriétés des ressortissants d’Apprompron-Afewa. Mais là où le problème se pose, c’est que ces producteurs, sans êtres opposés au projet du Chef de l’Etat, ont exprimé l’inquiétude de n’être pas dédommagés par les structures en charge du dédommagement une fois les travaux terminés comme ce fut le cas dans certaines contrées où, les promesses d’aides n’ont pas été tenues. Ils l’ont vertement fait savoir aux responsables de C.I Energies, entreprise chargée de l’exécution du programme ainsi qu’au corps préfectoral lors de la réunion tenue à cet effet le vendredi 18 juillet 2014 à Apprompron dans l’enceinte de la cour royale. Nanan Akoi Kouadio II, Chef de village d’Apprompron a d’ailleurs dit ceci sur le sujet : « la dernière fois, nous nous sommes réunis ici et avons posé nos doléances aux autorités. Nous sommes dans un monde du donner et du recevoir. Nous ne sommes pas contre l’Etat. Mais il y a un problème, c’est que dans certains endroits où l’installation des pylônes haute-tension est passée, des champs ont été détruits et rien n’a été fait dès que le réseau électrique a été installé. En ce qui nous concerne, nous avons fait des démarches auprès de la CIE, et ils nous disent que ce n’est pas à eux de nous dédommager. Rien n’est clair et nous sommes dans le flou ». En phase avec leur chef, des planteurs ont indiqué avoir contracté des dettes auprès de structures bancaires pour la création de leurs plantations. C’est le cas de Gnamien Yao à qui la banque fait un prélèvement de 625.000 FCFA mensuellement. En réponse à ces préoccupations, Guy Norbert Boable, le Secrétaire général de la préfecture de Béttié a demandé aux populations de laisser les travaux prendre forme, tout en rassurant que le dédommagement se fera. « Laissez les travaux débuter. Ce n’est pas C.I Energies qui fait le constat mais le ministère de l’Agriculture. La certitude que je donne, c’est que ça ne restera pas impayé, mais les remboursements ne viendront qu’après les destructions. C’est comme ça que fonctionne l’Etat », a fait savoir le représentant de l’exécutif.

Ernest Famin, correspondant régional
Commentaires


Comment