Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Célébration du 54 ème anniversaire de l’indépendance/ François Albert Amichia, Maire de Treichville : « Mon souhait est que Treichville soit le laboratoire de la paix et de la réconciliation »
Publié le jeudi 7 aout 2014  |  Treichville Notre Cité
Sécurité
© Abidjan.net par Atapointe
Sécurité urbaine : 2ème session du comité de pilotage du PASU
Lundi 23 Décembre 2013. Abidjan. Direction générale de la décentralisation et du développement local. M. Parfait Gouhourou, Directeur National du PASU a ouvert les travaux de la 2ème session du comité de pilotage du Programme d’Appui à la Sécurité Urbaine (PASU). Le PNUD, les partenaires et les élus locaux ont pris part à cette session. Photo: Francois Amichia.
Comment




Monsieur le Maire, de toutes les célébrations, quelles sont celles qui vous ont marqué, et qu’est-ce qui justifie, selon vous, l’épopée des précédentes célébrations à l’opposé de celles d’aujourd’hui?
Différentes fêtes de célébration de notre indépendance m’ont marqué. Il y a eu entre autres, celles de Daloa, Bondoukou, Abengourou qui ont été de grandes fêtes. Et puis ici à Abidjan, il y a eu ce grand défilé sur le boulevard Giscard d’Estaing. Chaque célébration a donc eu un caractère particulier. Je crois que nous devrons savoir d’où nous sommes partis. Après la fin des guerres mondiales, avec la victoire de la liberté, la conférence de Brazzaville, le combat en Côte d’Ivoire du Syndicat agricole africain qui s’est transformé en PDCI avec des personnalités comme Houphouët Boigny, Joseph Anoma, Gabriel Dadié, et bien d’autres, la Côte d’Ivoire a obtenu son indépendance politique. Il fallait se réjouir après ces grandes luttes. Les fêtes de célébration de notre indépendance ont, de ce fait, connu des adhésions et engouements populaires. Puis, il y a eu la crise des années 80. Par la suite les festivités ont repris avec un léger engouement. Voilà le parcours.
Au regard de la situation actuelle quels sont alors vos propos pour une Côte d’Ivoire réconciliée ?
Nous allons avec cette 54 ème année d’indépendance connaître une célébration aussi particulière. Notre pays a été secoué, ébranlé pendant plus d’une décennie. C’est un pays qui a été fragilisé, un pays qui vient de loin après avoir perdu son harmonie d’antan. Nous avons encore des compatriotes à l’extérieur, et sur place, il y en a, qui ne se parlent pas pour des raisons politique. Je crois que ce 54 ème anniversaire doit être un signal fort pour tous. Cela dans la mesure où le 55ème sera celui de l’année électorale. Il nous faut donc, maintenant, panser nos plaies, nous réconcilier, nous tenir un langage de vérité afin d’aborder la prochaine célébration dans de bonnes conditions. J’en profite pour rendre hommage à des personnes (chefs religieux, responsables de communautés) auxquelles j’ai confié des missions pendant la crise postélectorales. Elles ont agi dans la plus grande discrétion et avec une efficacité qu’il faut souligner. Je leur dis beaucoup merci. Leur mission n’est pas encore terminée tant leur capacité à réconcilier, à rassembler doit toujours les guider auprès des treichvilloises et treichvillois. Mon souhait est que Treichville soit le laboratoire de la paix et de la réconciliation.

Monsieur le Maire, Quel est pour vous la place de Treichville dans cette célébration ?
Natif de Treichville que je suis, j’ai assisté de loin aux organisations sociales, syndicales et politiques de l’époque. J’ai entendu des conversations politiques. En 1946 des personnes se sont retrouvées à l’Etoile du sud pour parler d’émancipation et créer un parti politique libérateur. Tout cela reste inoubliable pour moi. En outre, à l’avènement du multipartisme, les nouveaux partis ont tenu leurs meetings à Treichville. Cela nous donne le devoir de maintenir agréable ce cadre de paix et d’intégration.
Comment avez-vous vécu votre première fête d’indépendance et quel souhait faites-vous aux treichvillois pour cette fête?
Ma première fête, je m’en souviens bien (rires). J’avais une petite culotte française bleue et un joli polo blanc. A la maison nous avions eu au menu des pommes sautées et du poulet rôti que nous avons beaucoup apprécié. La ville toute entière était en ébullition.
A cet effet, je voudrais profiter de votre antenne pour en appeler à une attitude citoyenne de tous ceux qui viendront à Treichville. Qu’ils nous permettent d’éviter toutes déconvenues. Il y a de la place pour tous ceux qui viendront assister aux différentes manifestations. Assurément que beaucoup hésiteront par crainte des débordements, mais des dispositions seront prises pour la sécurité de tous. Je souhaite, donc, une bonne fête aux habitants de la commune et à tous ceux qui s’intéressent à Treichville, aux opérateurs économiques. Je souhaite surtout à tous les ivoiriens une fête grandiose, qui les réconcilie.
Commentaires


Comment