Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Art et Culture

Distingué dans l’Ordre national, l’artiste Daouda "Le sentimental" dédie sa médaille à ses fans
Publié le mercredi 13 aout 2014  |  AIP
Comment




Abidjan - L’artiste-musicien ivoirien Daouda "Le sentimental" a été élevé, mardi à Abidjan, au grade d’officier de l’Ordre national de Côte d’Ivoire par la Grande chancelière Henriette Dagri Diabaté, une médaille que l’artiste qui était à son summum dans les années 70-80 dédie à ses fans.

"Je dédie cette médaille à tous mes fans de Côte d'Ivoire et d'ailleurs qui m'ont toujours soutenu et qui continuent de me donner leur amour depuis de si longues années", a-t-il confié à l’AIP, après la cérémonie ayant consacré sa distinction ainsi que celle d’une centaine de personnes. Il a gratifié les participants de quelques uns de ses titres à succès, en a capella.

"Le fait que la Grande chancelière ait fait mon éloge dans son discours, avant de me demander de faire un petit a capella pour l'assistance, est déjà une grande fierté pour moi. La médaille d’officier de l'Ordre national est une reconnaissance de ma modeste contribution à la mise en valeur de notre culture musicale, et cela me comble d'honneur et de bonheur", a-t-il poursuivi.

A l’état-civil, Daouda Tou Koné, ce rossignol, technicien audiovisuel de formation, "a chanté nos joies et nos peines, de génération en génération", a reconnu Henriette Diabaté, avant de rappeler quelques titres phares de l’homme : "Qui ne se souvient de : ‘La femme de mon patron’, ‘Gbaka roulé’, ‘Mon cœur balance’, ‘Suzana’, ‘Je te dis adieu’, ‘Soungourouba’, ‘L’argent et le bonheur’, ‘Chéri coco’, ‘Bouquet de fleurs’ ? "
Révélé au grand public à la fin des années 70, Daouda Koné, 63 ans, est devenu célèbre pour ses langoureuses chansons parlant pour la plupart d’histoires d’amour et alliant à la fois humour ("La femme de mon patron"), satire ("Emancipation") et énigme ("La mère ou la femme").

Ses chansons sont régulièrement reprises par les artistes de la nouvelle génération, notamment "Si ni kèneya" (Longévité) par le groupe Magic system.

(AIP)
kkp/tm
Commentaires


Comment