Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Côte d’Ivoire : création de 4000 entreprises depuis janvier 2014 (CEPICI)
Publié le jeudi 4 septembre 2014  |  APA
Réformes
© Abidjan.net par Atapointe
Réformes gouvernementales/Constitution de société commerciales: Le CEPICI instruit les Banques
Le Centre de Promotion des Investissements en CI à organisé ce Jeudi 4 Septembre un petit déjeuner d échanges dans le but de sensibiliser les banques et Établissements financiers au respect de l application effective des dispositions légales matérialisant les mesures de réformes prises par le gouvernement en matière de constitution de société commerciales.
Comment




Abidjan (Côte d’Ivoire) - Emmanuel Essis Esmel, Directeur général du Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI) a annoncé, jeudi, la création de 4 000 entreprises depuis janvier 2014, consécutive à la réforme de l’environnement des affaires dans le pays.

M. Essis se prononçait dans le cadre de la rencontre de sensibilisation sur les réformes gouvernementales en matière de constitution de sociétés commerciales, initiée par le CEPICI et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire (APBEF-CI).

Il s’agissait pour le CEPICI d’amener les banques à ‘’s’approprier’’ les mesures de reformes institutionnelles pour faciliter les procédures de constitution de sociétés commerciales, notamment, la Société anonyme à responsabilité limitée (SARL).

Selon Emmanuel Essis, la simplification et la réduction des procédures, des délais et coûts de création d’entreprises constituent des avancées notables dans l’assainissement du climat des affaires qui ont permis la ‘’création de 4000 entreprises depuis le mois de janvier 2014’’.

‘’Aujourd’hui, la constitution d’entreprise par acte sous seing privé sans obligation de dépôt des statuts au rang des minutes des notaires pour les sociétés de type SARL, la levée de l’exigence du capital minimum pour ces types de sociétés, participent de l’amélioration des affaires’’ a-t-il soutenu.

Désormais, le capital minimum, initialement fixé à 1.000.000 FCFA, est laissé à l’appréciation des promoteurs, tout comme les droits de timbre et d’enregistrement sont, également, défiscalisés. Cette opération se faisant désormais, à titre gratuit, en ligne sur le site du CEPICI, automatiquement, après l’enregistrement de la société.

‘’ L’objectif est que le promoteur parvient à créer son entreprise en ligne en obtenant à la fois, le compte contribuable, le registre de commerce…’’ a-t-il précisé.

Pour M. Essis, seul un dialogue permanant entre son institution et les banques peut contribuer à ‘’lever bien d’équivoques’’ sur les textes en vigueur.

HS/ls/APA
Commentaires


Comment