Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Dix ans de crise ivoirienne: la fin des auditions de la réconciliation
Publié le mercredi 1 octobre 2014  |  RFI
Réconciliation:
© Abidjan.net par Atapointe
Réconciliation: Ouverture des audiences publiques de la CDVR
Lundi 8 Septembre 2014. Abidjan. Ivoire Golf Club. La Commission dialogue-vérité et réconciliation (CDVR) lance les audiences publiques qui constitue la dernière étape de son mandat.
Comment




Les audiences publiques de victimes et bourreaux d’une décennie de crise en Côte d’Ivoire, qui avaient débuté il y a trois semaines à Abidjan, ont pris fin mardi sur quelques derniers témoignages. Les membres de la Commission espèrent que ces récits auront une vertu de catharsis pour que les haines du passé s’apaisent.

Pendant trois semaines, la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) a dû écouter quelques-uns des témoignages, plus atroces les uns que les autres, comme celui d’un homme forcé à manger sa propre oreille que des mercenaires lui avaient tranché, ou encore ceux d’une mère violée devant ses enfants, ses frères et ses sœurs.

Ces trois semaines d’auditions représentent dix années de chronique meurtrière racontée par l’ensemble des protagonistes, quel que soit leur camp. Abdelramane, 21 ans, sort de l’audience en claudiquant, la jambe gauche complètement désarticulée. Déjà orphelin, il y a quatre ans à Duékoué, il a perdu ce qui lui restait de famille. Son témoignage :

« Les gens sont arrivés chez nous. Ils ont demandé après mon tuteur. Donc, ils se sont mis à fouiller la maison. Lorsqu’ils l’ont découvert, ils lui ont tiré dans la jambe. Ils l’ont mis directement dans le puits de la cour. Ils ont pris des pleins de briques pour lui jeter dessus. Moi, je me suis enfui et c’est comme ça que j’ai reçu une balle au genou. »

Abdelaramane voulait être juriste. Désormais, il mendie dans les rues de Port-Bouët. Et pourtant, depuis cette catharsis, il semble avoir évacué tout ressentiment à l’égard de ses tortionnaires. « Je devais le faire pour me libérer de ce que j’ai dans le cœur, et aussi exprimer mon mal avec les autres. Dire mon mal avec les autres, c’est une manière de dire aux parents et aux frères et sœurs que la crise n’est pas bonne. »
... suite de l'article sur RFI

Commentaires


Comment