Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

La Côte d’Ivoire veut relever le défi de la transformation industrielle locale
Publié le vendredi 24 octobre 2014  |  Xinhua
Point
© Abidjan.net par Mousnabi
Point de presse de la ministre Affoussiata-Bamba, porte-parole du gouvernement
Mercredi 24 avril 2013, Palais présidentiel. La ministre Affoussiata Bamba-Lamine, porte-parole du gouvernement face à la presse, à l`issue du conseil des ministres.
Comment




Face au faible taux d’industrialisation du secteur agricole, les autorités ivoiriennes multiplient des initiatives pour pallier cet état de fait et émettent le voeu de relever le défi de la transformation locale des produits agricoles.

Lors d’un conseil des ministres mercredi, le gouvernement ivoirien a exprimé sa volonté d’accroître la compétitivité des exportateurs et transformateurs locaux.

"Le gouvernement entend accroître le niveau de compétitivité des opérateurs locaux intervenants dans l’exportation et/ou la transformation de fèves de cacao", a expliqué la porte-parole adjointe du gouvernement Affoussiata Bamba-Lamine.

Selon Mme Bamba-Lamine, ces exportateurs et/ou transformateurs locaux qui seront "minutieusement triés" suivant des critères établis seront notamment exonérés de certaines "taxes à l’exportation" ainsi que de certaines "redevances parafiscales.

TRANSFORMER 50% DES PRODUITS AGRICOLES

Lors d’une rencontre fin août à Abidjan relative au Projet d’appui au développement et à la compétitivité des entreprises de transformation de produits alimentaires locaux (Padec), le directeur de cabinet du ministre ivoirien de l’Agriculture Ismaïlia Brédoumi a souligné que la Côte d’Ivoire "accorde un intérêt particulier aux initiatives locales pour la transformation des produits alimentaires".

A en croire M. Brédoumi, le pays a enregistré 13 millions de tonnes de produits vivriers au cours de l’année 2013 avec des pertes postculturales estimées à 30%".

"Ce projet devrait redynamiser le secteur et aider à transformer 50% de nos produits agricoles", a-t-il signifié, ajoutant qu’il devrait également permettre de lutter contre la malnutrition.

"La Côte d’Ivoire enregistre au niveau nutritionnel des enfants et des femmes, un taux de malnutrition de l’ordre de 7,5%" et dans les zones rurales, un pourcentage de l’ordre de 12%", a-t-il révélé.

Pour sa part, le représentant de la Banque mondiale, Acchandy Yao, a assuré que son institution va "accompagner" la Côte d’Ivoire à créer une chaîne agricole en vue de permettre des maillons dans le cadre de la transformation des produits alimentaires, surtout en milieu rural.

UNE SYNERGIE D’ ACTIONS

Les autorités et les experts tentent de conjuguer leurs efforts pour promouvoir la transformation locale.

Dans cette mouvance, un Salon international des équipements et des technologies de transformation a été organisé récemment à Abidjan.

Selon les organisateurs, cette rencontre de grande portée économique visait à découvrir et vulgariser les équipements et les technologies de transformation des produits tels que l’anacarde auprès des investisseurs nationaux et internationaux, et à faire la promotion de la consommation locale des produits.

"Les fabricants d’équipements et des technologies de transformation de produits alimentaires ont eu l’opportunité d’exposer et de vendre leurs machines et d’accélérer l’immense potentiel du secteur alimentaire africain, et plus particulièrement en Côte d’Ivoire", a noté le Directeur général du Conseil du coton et de l’anacarde (CCA) Malamine Sanogo.

Pour des experts, il convient de créer une dynamique sous- régionale en matière de transformation industrielle.

Ils se sont alors réjouis de la mise sur pied du Projet régional d’industrialisation de produits alimentaires qui regroupe plusieurs entreprises de transformation des produits alimentaires de divers pays africains, notamment de Côte d’Ivoire, du Burkina Faso et du Mali.

"C’est la concrétisation d’une vision ambitieuse, celle de la mise en place d’un processus d’industrialisation des produits alimentaires d’Afrique", a noté Alimata Coulibaly, responsable de l’une des entreprises impliquées, en charge de la transformation, en produits finis, de plusieurs produits alimentaires.

CRÉER DES EMPLOIS POUR LES JEUNES

Pour Mamadou Bamba, un expert, la valorisation des produits agricoles locaux est un défi majeur à relever afin d’accroître les revenus des producteurs et des populations rurales des zones de production permettant ainsi de lutter contre la pauvreté en milieu rural.

D’autres experts ont indiqué que la transformation industrielle des produits au niveau local comporte plusieurs autres avantages dont la création d’emplois au profit des jeunes.
La question de l’industrialisation locale préoccupe les autorités ivoiriennes qui ont fait de la transformation de l’agroalimentaire, le challenge des horizons 2020.
Commentaires


Comment