Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Art et Culture

L’hermétisme de la culture sénoufo lui garantit son caractère naturel, estime un cadre de Korhogo
Publié le mercredi 29 octobre 2014  |  AIP
3è
© Autre presse par DR
3è édition du festival des arts sacrés de savanes en présence du ministre Maurice Bandama
Lundi 27 Octobre 2014 . Le ministre de la culture et de la francophonie Maurice Bandama a ouvert à Korhogo les journées de la 3e édition du festival des arts sacrés de savanes. (FASSA) placées sous sa présidence. les festivités prennent fin le 30 octobre prochain.
Comment




Korhogo - Un cadre de Korhogo (Nord), le professeur Coulibaly Seydou Siélé relève que "l’hermétisme" de la culture sénoufo lui permet d’être l’une des plus naturelles en Côte d’Ivoire.

Pr Coulibaly a évoqué cet aspect lors d’un atelier sur le patrimoine culturel senoufo à l’occasion de la troisième édition du festival des arts sacrés des savanes (FASSA) à Korhogo.

"Nous sommes un peuple hermétique (...), parce que nous acceptons très peu de choses qui viennent de l’extérieur et aujourd’hui, c’est, cette forme d’hermétisme qui permet à la culture senoufo d’être l’une des plus naturelles de la Côte d’Ivoire", a expliqué ce cadre du ministère de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur.

Le peuple sénoufo conserve, depuis des lustres, l’une de ses traditions qui le singularise, le Poro, dont l’initiation, par génération, dure sept ans, au terme desquels les initiés ont rang d’hommes pouvant assumer de pleines responsabilités sociales, indique-t-on.

Pr Coulibaly préconise de "dynamiser nos cultures, mais éviter les entraves transversales", citant entre autres entraves "l’apparition de certains masques sacrés à des occasions exceptionnelles telles les grandes funérailles dans la ville et qui ne devraient pas être vus par les non initiés".

Pour ce cadre, enfreindre à un tel interdit "peut entrainer la mort de ceux qui voient ces masques". Il souligne toutefois que la culture ne doit pas influer négativement le développement de la ville.

L’atelier sur le patrimoine culturel senoufo a été l’occasion de faire des communications sur "le patrimoine culturel immatériel en pays senoufo et la nécessité de sa sauvegarde", " les hauts fours de Kaya, une expérience de conservation du patrimoine culturel" ainsi que "le patrimoine culturel senoufo et le développement durable".

Le ministre de la Culture et de la Francophonie, Bandama Maurice a ouvert, lundi, ce festival à la place de l’indépendance de Korhogo où l’on a assisté à des prestations de masques et danses traditionnelles du terroir senoufo.

apk/ask
Commentaires


Comment