Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

2,5 millions d’Euros de l’UE pour la sécurité alimentaire dans 16 pays africains
Publié le mercredi 29 octobre 2014  |  APA
Conférence
© Abidjan.net par Didier ASSOUMOU
Conférence de presse: le Secrétaire Exécutif du CILSS fait le bilan des actions de son Comité
Jeudi 12 septembre 2013. Abidjan. Le Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) a présenté les actions menées au profit des populations du Sahel et de l`Afrique de l`Ouest depuis 40 ans. Photo: Djimé Adoum, Secrétaire Exécution du CILSS
Comment




Abidjan (Côte d’Ivoire) - Seize pays africains membres du Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le sahel (CILSS) bénéficient d'un appui financier de l'Union européenne à hauteur de 2,5 millions d'Euros, soit plus de 1,6 milliards de FCFA pour la recherche visant à assurer la sécurité alimentaire.

Cette enveloppe vise à lutter contre la désertification et les effets de la sécheresse pour un nouvel équilibre écologique au Sahel, a indiqué le Secrétaire permanent du CILLS, Adoum Djimé au lancement officiel du programme de surveillance de l'environnement et de la sécurité en Afrique (Mesa) autour du thème sur la "gestion de l'eau pour les terres agricoles et pastorales".

"Nous allons, nous occuper techniquement et scientifiquement des problèmes qui minent notre environnement en l'occurrence, la végétation, les cours d'eau et les feux de brousse qui déstabilisent notre écosystème", a poursuivi M. Djimé ajoutant que ‘'cet atelier permettra de définir les grandes lignes stratégiques et d'arrêter le principe directeur de navigation''.

"Nous sommes astreints aux changements climatiques qui impactent sur nos ressources naturelles, et sur l'agriculture. Nous sommes un pays côtier et l'un des plus grands pays agricoles de l'Afrique de l'Ouest", a expliqué pour sa part le Directeur de cabinet du ministre ivoirien de l'intégration africaine et des Ivoiriens de l'Extérieur Alassane Diamouténé Zié.

Donc, a-t-il conclu ‘'tout mécanisme qui nous permet de planifier, surveiller le changement climatique et les impacts négatifs, des inondations, des feux de brousse, de l'ensoleillement par rapport à notre planification de l'environnement ou agricole, nous intéresse''.

Les résultats attendus au terme de ce Programme qui va s'étendre sur trois ans sont notamment l'amélioration de la disponibilité de produits d'information pour le suivi de l'environnement au sein des pays membres de la CEDEAO, en Mauritanie et au Tchad.

Le renforcement des réseaux nationaux de suivi et l'amélioration des capacités du personnel des institutions régionales et nationales figurent également sur la liste des objectifs. Les travaux de l'atelier d'Abidjan prennent fin vendredi.

MC/ls
Commentaires


Comment