Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

La protection de l’environnement, l’un des domaines de prédilection de la Fondation SIFCA
Publié le dimanche 14 decembre 2014  |  AIP
FFPSU:
© Abidjan.net par Didier ASSOUMOU
FFPSU: le ministre Rémi Allah Kouadio, procède à l`ouverture d`un séminaire de reflexion sur la Salubrité Urbaine
Les 12, 13 et 14 juin 2013. Bassam. L`optimisation du rendement des impots et taxes alloués au Fonds de Financement des Programmes de Salubrité Urbaine est au centre d`un seminaire de reflexion qui reunit. Objectif: améliorer la gestion de ce secteur.
Comment




Abidjan – Le Groupe SIFCA a lancé samedi sa Fondation au Parc national du Banco, le poumon écologique de la ville d’Abidjan, marquant ainsi son engagement en faveur notamment de la protection de l’environnement.

Lors d’une double cérémonie de lancement de la Fondation SIFCA et d’inauguration de la Maison de la nature ou musée écologique située au sein du Parc national du Banco et entièrement réhabilitée par le Groupe, le ministre de l’Environnement, de la Salubrité urbaine et du Développement durable, Dr Rémi Allah Kouadio, a félicité SIFCA pour ses initiatives qui cadrent parfaitement avec l’action gouvernementale en la matière.

« Oui, notre environnement est notre propriété et chacun doit y mettre du sien, y compris l’Etat d’abord », a expliqué le ministre, citant par la suite le secteur privé et la société civile, entre autres. Il a appelé tous à se battre contre tout ce qui peut défigurer la Côte d’Ivoire, en allusion à toutes les menaces contre l’environnement.

Auparavant, le président du conseil d’administration (PCA) du Groupe SIFCA, Pierre Billon, a souligné que le choix du Parc national du Banco pour cette activité n’est pas anodin.

« Les racines du Groupe SIFCA ont toujours été profondément liées à la terre et à la nature », a-t-il fait observer, rappelant qu’en plus de s’occuper, depuis 50 ans, des hommes vivant dans ses plantations industrielles et du bien-être de ses 30 000 employés, la société œuvre aussi pour la protection de l’environnement, l’eau, l’air, les roches, les végétaux et les animaux.

Le directeur général de l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR), Tondossama Adama, la directrice de Wild Chimpanze Foundation (WCF), Emmanuelle Norman, et le directeur de l’Agence française de développement (AFD), M. Leclerc, tous partenaires du projet, ont tour à tour réaffirmé leur engagement et rappelé quelques unes de leurs actions en faveur de la préservation de la biodiversité en Côte d’Ivoire.

Par ailleurs, la Maison de la nature constitue le cadre, à compter de ce samedi et ce, pour deux mois minimum, de l’exposition "Nature, 34 merveilles du monde" qui met en valeur la beauté de la biodiversité à travers le monde.

Y sont exposés notamment des photos dans les rubriques "Les oiseaux", "Les amphibiens et les reptiles", "Les chauves-souris", "Les mammifères", "Les chimpanzés", "Les primates", "Les arbres", ainsi que des squelettes et empreintes d’animaux et quelques échantillons de bois des forêts ivoiriennes dont l’Acajou (Khaya ivorensis), le Framiré (Terminalia ivorensis), l’Iroko (Chlophora excelsa) et le Sipo (Entrandrophragma utile).

La double cérémonie officielle a débuté par un "parcours de l’explorateur", à travers la visite guidée d’une partie l’arboretum du Parc national du Banco, un espace de 6 ha aménagé. Ainsi, le groupe de visiteurs conduit par le guide botaniste Yapo Paul, a pu voir plusieurs essences ligneuses dont l’Ayélé à partir duquel est produit de l’encens, le Diango ou arbre parasite étrangleur, ou encore l’Azobé, l’arbre le plus dur au monde qui ne pourrit pas et permet de faire les ponts et les étables de bateaux.

D’une superficie de 3 474 hectares, cette forêt qualifiée de "poumon vert" d’Abidjan en est aussi le réservoir hydraulique. Elle a été érigée en Parc national le 30 octobre 1953 et comprend plus de 750 espèces d’arbres, plusieurs espèces animales, la piscine naturelle Kossipo, la plus ancienne école forestière de l’Afrique occidentale française (AOF) créée en 1938. Le Parc tient son nom de la rivière Banco qui le traverse du Nord au Sud et il est interdit de défricher et de fumer, seule la randonnée est admise.

Le réseau OIPR comprend huit parcs nationaux et six réserves naturelles pour une superficie globale de 2,1 millions d’hectares, soit 6,5% de la superficie du territoire ivoirien.

L’engagement du pays en faveur de la protection de la biodiversité découle de la pensée du père de la Côte d’Ivoire moderne, Félix Houphouët-Boigny selon laquelle « La Côte d’Ivoire est trop belle, trop harmonieuse et sereine pour que la responsabilité soit prise de détruire aveuglement ses beautés naturelles et ses richesses les plus authentiques. L’homme est allé sur la lune, mais il ne sait pas encore fabriquer un flamboyant ou un chant d’oiseau; gardons notre cher pays d’erreurs irréparables qui pourraient dans l’avenir l’amener à regretter ses oiseaux et ses arbres. »

(AIP)
cmas
Commentaires


Comment