Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Discours du premier ministre à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du forum sur le pont HKB
Publié le lundi 15 decembre 2014  |  Primature
Cérémonie
© Primature par DR
Cérémonie d’ouverture du forum pont HKB
Lundi 15 decembre 2014. Espace Latrille Events(Abidjan). Cérémonie d’ouverture du forum pont Henri Konan Bédié
Comment




• Monsieur le Ministre des Infrastructures Economiques ;

• Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

• Monsieur le Vice-Président par intérim de la Banque Afrique de Développement ;

• Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;

• Mesdames et Messieurs les Elus ;

• Monsieur le Directeur Général de l’Agence Française de Développement ;

• Mesdames et Messieurs les représentants des institutions multilatérales et bilatérales de développement ;

• Mesdames et Messieurs les Présidents et Directeurs Généraux d’entreprises du secteur Privé ;

• Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux et Centraux de l’Administration ;

• Chers amis des Médias ;

• Honorables invités ;

• Mesdames et Messieurs,
Je voudrais avant tout propos, adresser mes chaleureuses salutations à tous les participants au Forum sur le Pont Henri Konan BEDIE qui se tient ce jour autour du thème : «réussir le financement en partenariat Public – Privé : le cas du Pont HKB ».Ce Forum représente une excellente opportunité d’échanges et de réflexions sur les différentes problématiques liées à la réalisation des projets d’infrastructures selon le modèle de Partenariat Public-Privé (PPP).

Je saisis l’occasion de cette rencontre pour adresser, au nom du Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, mes vives félicitations au Ministre des Infrastructures Economiques, ACHI Patrick et à ses prédécesseurs, aux différents ministres de l’Economie et des Finances de ces dernières années, au Ministre du Budget, au Ministre de la Construction et à tous les membres du Gouvernement qui ont contribué à la réalisation de cet important et magnifique projet. L’implication de tous représente un bel exemple de collaboration et de solidarité gouvernementale qu’il me plaît de souligner et de saluer ici.

J’associe pleinement à ces félicitations tous les partenaires pour leur inestimable contribution à la réalisation de ce projet, et en particulier :

- la Banque Africaine de Développement (BAD), Chef de file pour la structuration financière de cette opération, avec à sa tête son Président, le Docteur Donald KABERUKA, ainsi que tous les collaborateurs qui ont participé à son bouclage financier;

- l’Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA) du Groupe de la Banque Mondiale qui a assuré les garanties pour le financement ;

- tous les membres du consortium financier ayant participé à la syndication pour la levée des ressources nécessaires ;

- le Groupe Bouygues, actionnaire principal de SOCOPRIM, entreprise de construction de ce pont et tous ses sous-traitants pour le professionnalisme qui permet de rendre ce bel ouvrage d’art dans les délais prévus.

Ces félicitations s’étendent à toutes les parties prenantes à l’organisation du Forum sur le Pont Henri Konan BEDIE. Ce présent forum vise à passer en revue le cycle de réalisation de ce projet afin de capitaliser les bonnes pratiques qui permettront de poursuivre ou d’aborder les projets nouveaux en PPP dans une approche stratégique et opérationnelle optimale.

• Excellences, Mesdames et Messieurs,

J’ai accepté de présider la cérémonie d’ouverture de ce Forum consacré au retour d’expérience de la réalisation du Pont Henri Konan Bédié en PPP pour trois raisons principales :
- la première raison, c’est que l’évocation de ce pont me rappelle de nombreux souvenirs. En effet, c’est en 1996, alors que j’étais Premier Ministre que, sur instruction du Président Henri Konan BEDIE, l’appel d’offres de cette concession a été lancé. La pose de la première pierre du 3èmepont interviendra quant à lui au cours du dernier trimestre 1999.

Il est à souligner qu’à cette époque, il y a presque 20 ans, le projet avait été envisagé comme une Concession en Build, Operate, Transfer (BOT). Le concept en lui-même n’était pas assez répandu en Afrique, et était encore plus rare dans le secteur des transports routier. Il convient de noter que c’est sur la base de BOT que furent notamment réalisés l’aménagement de l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny en 1996 et la Centrale thermique AZITO en 1999.


- La deuxième raison, c’est la joie de voir ce projet tant attendu par les populations ivoiriennes en général et Abidjanaises en particulier, devenir enfin une réalité tangible.


- La troisième raison, c’est de voir, sous l’égide du Président Alassane OUATTARA notre pays consolider sa crédibilité et devenir une référence en tant que pays propice à l’investissement privé et singulièrement aux PPP.
• Excellences, Mesdames et Messieurs,

La tenue du présent Forum, moins de quatre semaines après la 6ème Conférence sur les Partenariats Public-Privé en Afrique organisée à Abidjan confirme, une fois de plus, la forte volonté du Gouvernement ivoirien de s’approprier les Partenariats Public-Privé. Les riches enseignements tirés de la conception, du financement, de la construction et bientôt de la mise en exploitation du pont devraient permettre de renforcer notre dispositif national en matière de PPP pour relever les défis à venir dans ce domaine.

Les PPP représentent en effet une option forte de développement des infrastructures qui vise à accélérer la réalisation de la grande vision du Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, celle de « faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 ».Cette option prend en compte tout le potentiel de notre économie et la capacité des acteurs locaux à promouvoir ce type d’initiative.

Il me paraît important de rappeler, à ce stade de mon propos, que la Côte d’Ivoire apparaît comme un précurseur en matière de Partenariat Public Privé en Afrique. En effet, l’histoire des PPP dans notre pays remonte au 1er octobre 1959 peu avant notre indépendance, avec le partenariat entre le pays et la Société d’Aménagement Urbain et Rural (SAUR) pour la création de la SODECI, chargée de la distribution de l’eau potable.

Dans les années 1990, notre pays a innové en matière de PPP en Afrique en faisant appel à des producteurs privés indépendants pour la fourniture d’électricité à travers les projets AZITO et CIPREL. Ces projets considérés en son temps comme de véritables défis, constituent aujourd’hui des exemples de succès tant pour notre pays que pour les institutions qui ont contribué à leur mise en œuvre.
Plus généralement, les secteurs du gaz, de l’électricité, de l’eau potable, du chemin de fer, de l’aéroport, du Port et récemment de la route avec le péage autoroutier sont gérés par des opérateurs privés.
La Côte d’Ivoire a ainsi développé un savoir-faire unanimement reconnu, qui a permis la mise en œuvre dans des conditions optimales des aspects juridiques, financiers et techniques du PPP du Pont Henri Konan Bédié.

Ainsi, au moins deux transactions en Côte d’Ivoire ont reçu des prix internationaux des meilleurs deals de l’année dans leur catégorie. Il s’agit du Projet BOT de production indépendant d’électricité pour AZITO et le projet du pont à péage HKB. Le succès de ce dernier projet est avant tout la preuve, si besoin en était:

- de l’expression de la volonté politique forte du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA de faire réaliser cet important projet dont il a lui-même relancé les travaux le 7 septembre 2011 en présence du Président Henri Konan BEDIE ;

- de la mise en place d’un cadre institutionnel et règlementaire adéquat et novateur ;

- du respect des engagements de chacune des parties prenantes.

• Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le potentiel de projets à réaliser en PPP en Côte d’Ivoire reste encore très important. En effet, le Gouvernement a approuvé le03 septembre 2014 plus de 94 projets d’envergure d’un montant total de 12 873 milliards de FCFA. Ce portefeuille comprend42éligibles au Partenariat Public-Privé pour un montant de plus de 7000 milliards de FCFA, visant à résorber les contraintes et goulots d’étranglements liés au manque ou à la détérioration des infrastructures.

Ce besoin de financement d’infrastructures par les PPP, s’étend également au niveau régional où de nombreux projets intégrateurs ont été présentés par les chefs d’Etat de l’UEMOA lors de la récente Conférence Internationale des Investisseurs à DUBAÏ en septembre 2014, Conférence à laquelle le Président Alassane OUATTARA a participé personnellement. Ces projets concernent entre autres :

• l’autoroute Yamoussoukro - Ouagadougou ;

• la boucle ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Niamey-Cotonou,

• l’autoroute Abidjan – Lagos et,

• le port sec de Ferkessédougou.
Ce sont au total 17 grands projets intégrateurs régionaux, d’un coût global de 11.000 milliards de FCFA qui ouvrent de nouvelles perspectives aux PPP en Afrique de l’Ouest.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Pour se donner les moyens des réussir durablement ses investissements en financement PPP, la Côte d’Ivoire s’est dotée d’un cadre règlementaire approprié et d’un dispositif institutionnel, placé sous l’autorité directe du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA.

En outre, le retour à la stabilité macroéconomique depuis 2012 constitue un atout pour la mise en œuvre de ce type de projet. En effet, une année après la crise postélectorale, le taux de croissance du PIB est à un niveau élevé : 9,8 % en 2012, 9,1% en 2013 avec une perspective de 10% en 2014 et 2015.

La croissance économique est stimulée par la relance des investissements tant nationaux qu’extérieurs. Le taux d’investissement qui était de 13,7% du PIB en 2012 a atteint 16,5% du PIB en 2013 avec un objectif de 20% du PIB en 2014 et 23,5% du PIB en 2015. En 2013, 62 % des investissements effectués dans le pays relèvent du secteur privé. L’objectif est d’atteindre un taux de 65 % en 2015, voire 70 % en 2020.L’investissement reste donc un moteur important de la nouvelle croissance en complément de la consommation finale et des exportations.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

L’accélération et l’intensification de la mise en œuvre de des réformes structurelles et sectorielles ont valu à notre pays : (i)d’être classée dans le TOP 10 des réformateurs dans le monde pour la seconde année consécutive, passant du 7ème rang au 4ème rang , (ii) de satisfaire aux conditions requises pour être éligible au programme du Millenium Challenge Corporation (MCC), (iii) de respecter les critères de bonne gouvernance dans le cadre de l’Open Government Partnership (OGP), avec une probable acceptation de la candidature de la Côte d’Ivoire à l’OGP dès 2015.

Dans le cadre du MCC, les efforts du Gouvernement viennent d’être récompensés avec l’éligibilité de la Côte d’Ivoire au programme Threshold du Millenieum Challenge Corporation suite à la décision de son Conseil d’Administration intervenue le mercredi 10 décembre 2014. L’éligibilité au Programme Threshold démontre la confiance que le gouvernement des États-Unis a dans les énormes progrès qui ont été réalisés en Côte d’Ivoire depuis 2011.
Il est également à relever que la Côte d’Ivoire a obtenu le statut de Pays Conforme à l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE). Elle vient d’ailleurs de recevoir, le 4 décembre 2014 à Londres, le Prix du pays ayant montré le plus d’amélioration en termes d’attractivité pour les investisseurs miniers décerné par le Forum « Mines and Money ».Trois autres pays étaient présélectionnés au niveau mondial pour ce prix, à savoir : la Finlande, le Pérou et la Serbie.
Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le pont Henri Konan Bédié dont l’inauguration par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, est programmée le mardi 16 décembre 2014 est un signe fort de l’émergence progressive et future de la Côte d’Ivoire, tant en raison de son envergure que des technologies utilisées pour sa réalisation.

En effet, le Pont Henri Konan Bédié présente une longueur de 1 500 mètres, répartie en 30 travées de 50 mètres chacune, avec une digue de 400 mètres. Sa longueur représente près du double de la longueur cumulée des deux précédents ponts sur la lagune Ebrié. Il est réalisé en 2 fois 3 voies avec 21 voies de péage pour éviter les engorgements.

Le pont Henri Konan Bédié concentre la grande vision pour l’émergence du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, vision qui passe par des infrastructures économiques et sociales indispensables pour changer la physionomie du pays et l’amour pour la paix porté par le Président Henri Konan Bédié dont il porte le nom.

Nous avons là me semble –t-il, « un grand tandem gagnant » pour la Côte d’Ivoire.

D’un coût de 192 millions d’Euros, soit environ 126 milliards F CFA, la réalisation de ce pont qui a mobilisé 700 personnes en période de pointe constitue, sans nul doute, un outil de développement dans une ville d’Abidjan en pleine croissance, avec près de cinq (5) millions d’habitants. Il permettra notamment de faciliter les déplacements des populations et d’améliorer leur environnement de vie et de travail.

Avec le nouvel échangeur de Marcory d’un coût de 29,7 milliards de FCFA, le pont HKB contribuera grandement à la beauté d’ABIDJAN, capitale économique de la Côte d’Ivoire.

Le pont Henri Konan Bédié est incontestablement un pont au service d’une société de plus en plus exigeante. Il offrira un meilleur confort de circulation à travers notamment :

• le raccourcissement considérable de temps et longueur de trajet entre Cocody et Marcory, prenant en compte l’évolution géographique et de l’urbanisation ;

• des voies d’accès présentant une capacité cohérente ;

• des travaux réalisés conformément aux standards internationaux de sécurité et respect de l’environnement.

• la réduction des embouteillages, et donc de la pollution.


Excellences, Mesdames et Messieurs,

Le Forum sur le Pont Henri Konan Bédié représente ainsi une bonne opportunité pour réaliser une évaluation ex-post de l’exécution de ce projet. Cette rencontre devra mettre en exergue les leçons apprises dans la perspective d’un partage d’expériences entre experts et décideurs, mais également avec les pays qui empruntent le même chemin.

En effet, la problématique capitale est de déterminer, sans à priori, les modalités juridiques, économiques et financières indispensables pour promouvoir et construire des PPP viables au bénéfice des générations futures, dans un contexte marqué par la rareté des ressources publiques.

L’alternative à cette rareté des ressources publiques est d’impliquer les acteurs privés possédant la technologie et les capitaux nécessaires pour faire face à des investissements parfois considérables. Cette approche apparaît comme une voie incontournable qui doit concilier les intérêts de toutes les parties prenantes à travers un partenariat gagnant-gagnant entre l’Etat et le secteur privé.

C’est pourquoi, la réalisation des projets en PPP doit non seulement viser les infrastructures économiques mais également les infrastructures sociales. Les secteurs de l’éducation, de la santé, du logement social ou administratif, qui sont indispensables au développement social de notre pays sont également à explorer. Dans ce cadre, je me réjouis par avance, de la signature ce jour, en fin de matinée, de l’accord de partenariat entre le Groupe pharmaceutique suisse F. Hoffman – La Roche et le Gouvernement ivoirien. Il s’agit d’un accord de plus de 28 milliards de FCFA dont 19 milliards de F CFA pour le Groupe, 6,6 milliards pour l’Etat de Côte d’Ivoire et 2,5 milliards de F CFA pour les patients. Cet accord de partenariat novateur permettra de réaliser un bon prodigieux en Côte d’Ivoire dans le traitement du cancer du sein de la femme et des hépatites virales.

Concernant donc les PPP de manière globale, il convient d’imaginer de nouveaux schémas de financement et d’optimiser l’action des partenaires techniques et financiers. Le Gouvernement souhaite à cet égard, une plus grande synergie des différents instruments de la Banque Mondiale (BIRD, IDA, SFI et MIGA) pour le financement des infrastructures. Il sollicite également une plus grande collaboration entre les institutions multinationales telles que la Banque Mondiale, la BAD et l’Union Européenne pour optimiser le potentiel de financement et assurer la cohérence ainsi que la convergence des actions.

Il m’apparaît aussi nécessaire de relever les défis liés à la préparation et au traitement diligent des dossiers en attente et la mise en œuvre de procédure de sélection privilégiant la concurrence.
C’est pourquoi, je me félicite de la diversité des thèmes qui seront débattus au cours du présent Forum et qui sont porteurs de réflexions utiles dans la recherche de solutions pour capitaliser la riche expérience de la réalisation du pont Henri Konan Bédié. Je veux mentionner :

- l’amélioration du climat des affaires pour attirer les investisseurs dotés des meilleures capacités financières et technologiques ;

- la participation des acteurs locaux, notamment les PME à la réalisation des infrastructures ;

- le transfert effectif de compétences aux acteurs locaux ;

- la capitalisation de l’expertise développée par les travailleurs du chantier, etc.

En souhaitant longue vie au Pont Henri Konan Bédié, et d’excellents travaux aux participants, je déclare, au nom du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, ouvert le Forum «réussir le financement en partenariat Public– Privé : le cas du Pont HKB ».

Je vous remercie de votre aimable attention.
Commentaires


Comment