Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Santé
Article
Santé

Propos liminaire de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre lors de la rencontre avec les personnels soignants du secteur de la santé en Côte d’Ivoire
Publié le lundi 29 decembre 2014  |  Primature
Le
© Abidjan.net par Serge T
Le gouvernement Ivoirien et le Groupe Roche s`engagent dans la lutte contre le cancer du sein et les hépatites virales
Lundi 15 décembre 2014. Abidjan. Le premier ministre Daniel Kablan Duncan a présidé la cérémonie de signature du partenariat entre l`état de Côte d`Ivoire et le Groupe Roche pour lutter efficacement contre le cancer du sein et les hépatites virales.
Comment




• Madame le Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida ;

• Mesdames et Messieurs les professionnels du secteur de la santé, toutes catégories confondues ;

• Mesdames et Messieurs les responsables représentant les organisations professionnelles de la santé, notamment :

- l’Ordre National des Médecins ;
- l’Ordre National des Pharmaciens ;
- l’Ordre National des Chirurgiens-Dentistes ;
- la Coordination des Syndicats de la Santé du Secteur Public ;
- le Syndicat National des Médecins du Privé ;
- le Syndicat National des Pharmaciens du Privé ;
- le Syndicat National des Chirurgiens Dentistes du Privé;
- l’Association National des Cliniques Privées ;
- l’Association National des Sages-femmes ;

• Chers participants ;
• Mesdames et Messieurs ;

Je voudrais avant tout propos souhaiter à l’ensemble des personnels de santé ici réunis dans leur diversité la cordiale bienvenue à la Primature.
Je suis d’autant plus heureux de vous accueillir que notre rencontre est la preuve de l’intérêt tout particulier que le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, accorde au secteur de la Santé qui, comme vous le savez, constitue un pilier important de la politique sociale du Gouvernement.

En effet « Mens Sana In Corpore Sano » oui un esprit sain dans un corps sain.

Cette rencontre traduit également la ferme volonté du Gouvernement de maintenir un dialogue participatif et constructif avec les partenaires sociaux sur les sujets d’intérêts communs.

Mes propos iront ensuite à Madame le Ministre de la Santé et de la Lutte contre le SIDA, qui a efficacement coordonné les préparatifs de la présente rencontre réunissant les représentants de l’ensemble des organisations professionnelles du Secteur de la Santé.
Je tiens, Madame le Ministre, à vous féliciter pour avoir mobilisé vos collaborateurs ainsi que les partenaires du Privé en matière sanitaire, en vue de cette importante rencontre d’échanges, qui portera sur le secteur de la santé en général mais aussi et de façon plus spécifique, sur la Couverture Maladie Universelle (CMU), laquelle, comme vous le savez, doit être effectivement lancée en janvier 2015.

Pour ma part, je suis heureux que l’occasion me soit donnée en cette fin d’année 2014, de présider cette séance de travail avec vous, vous que je considère comme des piliers incontournables sans lesquels le système de santé ne saurait fonctionner efficacement. Car, qui, mieux que vous, professionnels et personnels de la santé, peut être au fait des difficultés de notre système ? Qui, mieux que vous, peut aider le Gouvernement dans ses efforts pour procurer à nos compatriotes
des soins et prestations de qualité qu’ils sont en droit d’attendre de vous et de nous ?
J’ai déjà eu l’occasion de rencontrer de façon sectorielle la plupart d’entre vous, pour des questions spécifiques, et parfois, pour des discussions quelque peu animées, rappelez-vous, notamment lors des revendications salariales.

La rencontre d’aujourd’hui me donne une nouvelle opportunité pour adresser les félicitations du Gouvernement à vous tous, responsables et personnels des administrations centrales et déconcentrées, médecins, pharmaciennes et pharmaciens, infirmières et infirmiers, garçons et filles de salles, personnels d’appui de toute catégorie, pour le chemin déjà parcouru, pour tous vos efforts et sacrifices au quotidien, afin de prendre soin de nos frères et sœurs malades.

Cependant il est essentiel de souligner que beaucoup reste à faire, que beaucoup de faiblesses restent à corriger et enfin que beaucoup de défis attendent d’être relevés.

• Mesdames et Messieurs,

Vous le savez tous, le Président Alassane OUATTARA a pour ambition de « faire de la Côte d’Ivoire, un pays émergent à l’horizon 2020 ». Cette marche vers l’émergence ne peut se concevoir sans une véritable politique sociale, où la prise en charge du bien-être sanitaire figure en bonne place dans le cadre d’une croissance économique forte, durable et inclusive.

Oui, la santé des populations, en tant que déterminant essentiel de l’émergence, préoccupe au plus haut niveau le Gouvernement, qui lui accorde toute son importance.
C’est donc, avec la pleine conscience des difficultés de notre système de santé, que le Gouvernement a fait du chantier de la rénovation et de la reconstruction de notre système de Santé une priorité. En outre, le Gouvernement ivoirien a l’ambition de faire de la Côte d’Ivoire en général et d’Abidjan en particulier un « hub » sous régional en matière d’offres de soins de santé.

Comme vous avez pu le constater, après plus d’une décennie de crises et de sous-investissement dans le secteur de la santé, les besoins en infrastructures et en rééquipements s’avèrent considérables. Malgré tous les efforts consentis par le Gouvernement avec votre soutien, il est évident que l’immensité des défis qui se présentent à nous ne pouvait être résorbée en seulement trois (3) années.

Au nombre de ces défis, nous pouvons citer :

- la remobilisation et la motivation des personnels de santé ;
- la réhabilitation des infrastructures et le relèvement des plateaux techniques ;
- la disponibilité des médicaments dans le cadre des mesures d’exemption de paiement ;
- la disponibilité des ressources en vue de l’amélioration du fonctionnement des services ;
- Les ressources financières suffisantes pour faire face à plusieurs situations d’urgence (Ebola, Choléra etc...).

C’est dans ce sens que, le 1er février de l’année 2013, au cours de notre rencontre lors de la cérémonie de lancement de l’année 2013 comme « année de la santé », j’avais partagé avec vous la vision du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA pour le développement du système sanitaire.

A cette occasion, j’ai souligné six (6) grands principes ci-après qui doivent guider désormais la politique sanitaire dans notre pays :

1- faciliter la disponibilité et l’accès à la santé à chacun ;

2- structurer le système de santé en organisant une cohabitation harmonieuse entre partenaires publics et privés du secteur de la Santé ;

3- résoudre la question de l’accès aux soins des couches les plus défavorisées de la population ;

4- instituer un partage de responsabilités dans le domaine de la santé entre l’Etat, les collectivités locales, les acteurs de santé, la Société civile et le Secteur privé ;

5- instituer une Gouvernance renforcée du secteur de la santé, en confiant celui-ci à des gestionnaires qualifiés.

6- améliorer progressivement les conditions de travail particulièrement difficiles du personnel de Santé.

Sur ce dernier point, des efforts financiers importants ont été consentis par le Gouvernement depuis le 1er janvier 2014, pour revaloriser le traitement des personnels de santé qui s’est traduit par une bonification indiciaire des cadres de la santé de 450 points et des personnels techniques de 150 points, en plus du recrutement et de l’intégration à la fonction publique de 4.087 personnels de santé en 2013 et de 4140 en 2014.

En outre, au niveau des infrastructures sanitaires, le Gouvernement s’est attaché à la mise en œuvre des projets de réhabilitation, d’extension et d’équipement du service des Urgences du CHU de Cocody, ainsi que la réhabilitation et l’équipement du CHU de Yopougon (CHUY) par le groupe SETAO-BOUYGUES qui a signé avec l’État de Côte d’Ivoire un marché de 40 milliards de FCFA.

Je voudrais aussi mentionner à titre d’exemple la signature, le 15 décembre 2014, de deux protocoles d’accord entre l’État de Côte d’Ivoire et F.Hoffmann-La Roche relatifs à la prise en charge du cancer du sein et des hépatites virales dans le cadre des programmes « Accès Roche-cancer du sein » et « Accès Roche-hépatites virales ».

Ces 2 projets sont d’un coût global d’environ 19 milliards de FCFA sur 5 ans, avec une contribution de l’État de Côte d’Ivoire estimée globalement à 6,6 milliards de FCFA sur 5 ans.

Du fait de l’effort conjoint fait par le Gouvernement et le Groupe F. Hoffmann-La Roche, les coûts supportés par les patients, bien qu’encore relativement élevés, sont réduits, il faut le signaler, à seulement 10% du coût qu’ils auraient payé sans cet accord, à savoir :

- 620.000 FCFA par an au lieu de 6 millions de FCFA pour les hépatites virales.
- 650.000 FCFA par an au lieu de 6,5 millions de FCFA pour les cancers du sein.


Toujours dans la dynamique de l’amélioration de l’offre de santé, nous souhaitons être en mesure, au cours de l’année 2015, de procéder notamment à :

• la réception définitive et le fonctionnement de l’hôpital d’Angré,
• la construction de l’institut de Cardiologie de Bouaké pour 5,6 milliards FCFA,
• la livraison du magasin préfabriqué de Stockage ultra moderne (WIB) qui augmentera de 50% la Capacité de Stockage de la Nouvelle Pharmacie de la Santé Publique de Côte d’Ivoire et financé par le Gouvernement Américain à travers l’USAID/PEPFAR,
• l’installation d’un « Gamma Caméra » offert par l’AIEA à la Côte d’Ivoire d’environ 250 millions FCFA déjà livré le 28 septembre 2014 (2ème quinzaine de janvier 2015) pour l’Institut de Médecine Nucléaire.

Depuis l’accession de S .E.M. Alassane Ouattara à la magistrature suprême, d’énormes efforts financiers ont été consentis dans le Secteur de la santé. En effet, la part du budget de l’État affectée au Ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida (MSLVS) est passée en 2013-2014, de 176 milliards FCFA, (soit en valeur nominale une augmentation de 24% par rapport au budget santé 2012), à 343,3 milliards FCFA en 2014-2015. Ce qui revient à près de 50% d’augmentation. En outre, le Gouvernement a relevé la part du budget alloué à la Santé à près de 6,5% au lieu de 5% auparavant.

Ces efforts, qui vont se poursuivre, seront consacrés notamment au profit des CHU, des CHR, des Centres de Santé Spécialisés ainsi que pour les achats de médicaments et l’acquisition d’équipements médicaux.

Evidemment, nous demeurons conscients de ce que des efforts financiers et humains encore plus importants doivent être déployés pour une transformation qualitative de notre système de santé. La Couverture Maladie Universelle (CMU) est l’un des moyens d’améliorer l’accès aux soins de nos populations.

• Mesdames et Messieurs,

La Couverture Maladie Universelle (CMU) est un engagement fort du Président de la République pour le bien-être des populations ivoiriennes que nous devons tous œuvrer à faire aboutir.

Nous pensons utile d’échanger sur la question avec les professionnels de la santé que vous êtes, afin (i) de prévenir les obstacles éventuels, (ii) d’identifier les problèmes, (iii) de les analyser et (iv) de proposer des pistes de solutions, en tenant compte des contraintes actuelles du système de santé et du Gouvernement.
Cette rencontre ne doit être considérée que comme un démarrage d’une concertation plus régulière et plus approfondie concernant ce grand dossier de la CMU, mais aussi sur le système de santé de manière générale.

Le Ministère de la santé, qui a en charge l’offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de la CMU, a effectué d’importants travaux et études, en liaison avec le Ministre d’Etat, Ministre de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle, et ce avec en prime la définition du panier de soins, la nomenclature et la codification des actes, les outils de gestion et une première analyse de la tarification des actes pour le secteur public.

Mais, il faut le dire, des difficultés subsistent, quant à la réhabilitation complète des infrastructures et à l’obtention de plateaux techniques adéquats. Cela reste une source de questionnements dans la mise en œuvre efficiente de la CMU.

Par ailleurs, le Gouvernement est conscient que notre objectif de redevenir un pôle d’excellence sous régional dans le domaine de la santé ne pourra pas se concrétiser sans des investissements conséquents dans la création d’Unités de soins hautement spécialisées comme la médecine nucléaire, la radiothérapie, la cardiologie, la greffe rénale, la thalassothérapie, voire la chirurgie esthétique.

D’autre part, il est évident que les défis pour la transformation de notre système de santé ne peuvent être relevés sans une pleine adhésion et une participation active des personnels de santé, qu’ils soient du secteur public ou du secteur privé.

Votre rôle est donc déterminant et incontournable dans ce processus. Fort heureusement, notre pays dispose de ressources humaines qualifiées, de haut rang et en grand nombre. Je me plais à citer le plus souvent le Philosophe Jean BODIN : ‘’Il n’est de richesses que d’Hommes’’.

C’est pourquoi, nous voudrions compter sur l’engagement de chacune et chacun des professionnels que vous êtes pour surmonter les difficultés afin de hisser très haut la médecine dans notre pays.

Ce savoir-faire qui est le vôtre devrait désormais s’exprimer quotidiennement avec davantage de responsabilité, d’éthique et d’initiatives.

• Mesdames et Messieurs,

C’est pour moi le lieu d’insister sur le fait que les difficultés matérielles ne devraient pas constituer un frein à la transformation des mentalités, et à l’avènement d’un professionnalisme nouveau.

Avec un engagement plus fort des ressources humaines, le système de santé peut donner de bien meilleurs résultats, notamment dans la mise en œuvre de la CMU.

Je voudrais donc en appeler donc à votre sens du devoir et de la responsabilité, pour réaliser ensemble les changements souhaités.

Le Gouvernement assumera sa part de responsabilité. En effet, la réorganisation générale du dispositif public de soins et de celui des itinéraires et des circuits des patients est une exigence que devra satisfaire le Gouvernement.

Il s’agira de garantir un meilleur continuum de la prise en charge des cas, dans un système où les différents maillons de la chaîne assument pleinement leurs fonctions, dans le respect de la pyramide sanitaire.

Ces orientations appellent une véritable réforme du système de santé en général et des hôpitaux en particulier, telle que envisagée d’ailleurs par Madame le Ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida.

En effet, Madame le Ministre de la Santé s’oriente vers la création de Groupements Hospitaliers Hospitalo-universitaires (GHHU). Ceci, dans l’optique de mutualiser, dans une zone géographique donnée et autour d’un hôpital universitaire, certaines fonctions de soins (les Urgences, l’hospitalisation, les laboratoires et l’imagerie…) et certaines fonctions logistiques.

Il s’agira également, dans le cadre de cette réforme de repenser le statut des personnels de santé dans le secteur public, leur relation contractuelle avec la fonction publique, ainsi que les modes de rémunération.

Pour ce qui est du développement du secteur privé, dossier aussi très important, le Gouvernement s’attachera à promouvoir les investissements nécessaires en encourageant les initiatives totalement privés ou de partenariat-public-privé, pouvant aller jusqu’à la concession de la gestion d’hôpitaux publics à des promoteurs privés, spécialisés et outillés.
Tels sont, pour le Gouvernement, les grands défis à relever à court et à moyen terme pour la redynamisation de notre système de santé et pour son rayonnement sous régional. Je voudrais pouvoir compter sur chacune et chacun de vous.

Le Gouvernement n’a jamais été fermé aux échanges, bien au contraire et cela à travers Madame le Ministre de la Santé.

Les attentes du Gouvernement vis à vis des personnels de santé sont à la mesure de son engagement à faire en sorte que le système de santé soit le plus performant possible, en terme de qualité au niveau de l’accueil, au niveau de la gestion, au niveau de la probité et de l’éthique.

Vous me permettrez, à ce propos, d’en appeler à votre sens de la responsabilité et au respect du serment que la plupart d’entre vous ont prêté et qui, je le rappelle dit ceci, entre autres :

‘’Je donnerai mes soins gratuits à l’indigent, et n’exigerai jamais un salaire au-dessus de mon travail…….Admis à l’intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas ce qui s’y passe. Ma langue taira les secrets qui me seront confiés, et mon état ne servira à corrompre les mœurs, ni à favoriser le crime. ‘’……

• Mesdames et Messieurs,

Je voudrais, pour terminer mon propos, saisir l’occasion de cette importante rencontre pour formuler par anticipation à chacune et à chacun d’entre vous ainsi qu’à vos familles respectives, mes vœux de bonne et heureuse année 2015.

Puisse la nouvelle année voit vos espoirs et vos souhaits les plus chers au plan personnel et professionnel se réaliser.

Je souhaite, enfin, que nous puissions entretenir une franche et fructueuse collaboration, pour le bien-être sanitaire des populations d’une manière générale, et plus spécifiquement pour la mise en œuvre de la Couverture Maladie Universelle (CMU).

Je voudrais enfin que la Côte d’Ivoire, grâce à nos efforts conjugués, redevienne ce hub sous-régional de la santé qu’elle avait été déjà dans un passé récent, et qu’ensemble nous contribuons à la mise en œuvre efficiente en 2015 de la Couverture Maladie Universelle pour le bien-être de toutes les populations ivoiriennes.

Je vous remercie de votre aimable attention.
Commentaires


Comment