Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Yamoussoukro/ Droits coutumier: Les chefs de terres s’insurgent et réclament 31 milliards
Publié le mercredi 31 decembre 2014  |  Le Sursaut
Comment




31,200 milliards, c’est le montant que réclament les chefs de terres et de villages des localités de Kami, Logbakro et Aboukro. Le mardi 30 décembre 2014, accompagnés pour la circonstance d’une cinquantaine de propriétaires terriens, ils se sont rendus dans les locaux de la préfecture de région de Yamoussoukro pour manifester contre l’Agence de gestion foncière (Agef) dont il accuse le directeur général de tous les maux. Dans une motion adressée au Président Alassane Ouattara et remise à cet effet au Secrétaire général de préfecture, Narcisse Yessoh Sepy, ceux-ci rappellent qu’après plus de 3 années d’espoir et de vaine attente, ils ont décidé de se faire entendre. C’est-à-dire dénoncer les agissements de l’agence de gestion Foncière (Agef) qui affiche une volonté manifeste de les réduire à la mendicité et de voler leurs biens. « Les chefs de villages, les chefs de terres et chefs de 10 familles de 3 villages que sont, Kami, Aboukro et Logbakro, pour les besoins de l’Etat, avions cédé nos terres, croyant contribuer ainsi à la construction du pays mais aussi espérant jouir des retombés. Mais, que non ! C’est pourquoi, après avoir frappé sans suite à toutes les portes, nous sommes à vous ce matin, pas pour nous en prendre à qui que ce soit, mais pour adresser nos larmes au Président de la République, SEM Alassane Ouattara, notre Père à tous qui a fait de la justice et du bien-être de tous son leitmotiv de commandement », ont indiqué les gardiens de la tradition. Rappelant que l’Agef qui, par le biais de son directeur général, Coulibaly Lamine, les a suppliés il y a 3 ans de céder leurs terres, les méprise aujourd’hui. Pis, cette structure de l’Etat les traitent de tous les noms d’oiseaux dans le cadre du règlement des purges des droits coutumiers. « Par cette attitude, malgré le Courrier du Directeur Général du Trésor décidant de nous verser nos dus, l’Agence Judiciaire du Trésor (Ajt) refuse de payer. Pourtant, Excellence Monsieur le Président de la République, pour les mêmes réserves de terres, toutes les purges ont été faites en moins d’un an, pour les régions du Nord. Cela peut nous pousser à nous interroger sur ces agissements de l’Agef. Mais nous vous savons paternel et juste, c’est pourquoi, nous vous supplions de mettre un terme à ces souffrances qui se traduisent par des maladies, des décès dans nos rangs et aussi par la non-scolarisation de nos enfants. Toute chose qui favorise le banditisme et la prostitution de nos enfants », ont égrainé les manifestants du jour qui ont espéré une suite rapide à leur problème afin d’éviter des effets incontrôlables de leurs jeunesses. A leur endroit, l’autorité préfectorale a promis que la préoccupation sera transmise aux ministres en charge de la Construction et de l’Intérieur ainsi qu’au Président de la République. C’est pourquoi, il les a exhortés à savoir raison garder. « Nous sommes dans une localité qui est une localité de dialogue, de paix et de fraternité. Vous avez bien fait la démarche en venant vers la préfecture qui représente l’Etat. C’est parce que vous avez confiances aux institutions », a-t-il indiqué.

Gilbert KOUASSI
Commentaires


Comment