Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Afrique
Article
Afrique

Scène panafricaine : Dernier baroud d’honneur pour Mugabe pour corriger ses erreurs politiques
Publié le dimanche 1 fevrier 2015  |  Afriquinfos
Le
© AFP par ZACHARIAS ABUBEKER
Le président zimbabwéen Robert Mugabe désigné président en exercice de l’Union africaine
Vendredi 30 janvier 2015.
Comment




En se voyant confier la présidence tournante de l’UA (Union africaine) pour douze mois, le président Robert Gabriel Mugabe a incontestablement entamé son grand aurevoir à la grande famille de la diplomatie africaine. Quitte à lui de rentrer un peu plus dans l’histoire ; surtout sur le plan positif.

A 91 ans, le grand rhéteur Mugabe ne pouvait rêver meilleur cadeau du continent noir, au début du soir de sa carrière politique que le fauteuil de la Présidence tournante de l’Union Africaine.

Acteur majeur de diverses luttes pour l’émancipation des populations africaines et du Noir en général en Afrique australe et ailleurs sur le continent noir, le bouillant Mugabe a gauchi depuis près de deux décennies sa gouvernance interne au Zimbabwé, en lançant maladroitement une politique d’indigénisation des terres fertiles sur son natal… Depuis, il est devenu l’une des grosses bêtes noires de l’Occident en Afrique ! Excellent élève de la stabilité économique et de la productivité agricole sur une longue période dans une Afrique qui peine toujours à peser sur les décisions du monde, le Zimbabwé n’est désormais plus que l’ombre de lui-même. La fermeté et la répression avec lesquelles Mugabe et ses proches collaborateurs ont traité leur opposition politique légale ces 20 dernières années n’a jamais permis d’amoindrir la crise socio-politique et économique dans laquelle est plongé ce pays à qui Robert Nesta Marley a consacré un tube reggae !

Une descente aux enfers qui commande de toute urgence que l’indépendantiste Mugabe redresse la barre… De son vivant. Lorsqu’on peut se vanter d’avoir dirigé et mis sur le chemin du décollage économique un pays africain disposant d’une pléthore de ressources minières et de terres fertiles, on a le devoir moral de corriger ses erreurs avant de quitter les affaires politiques. Ou encore avant de casser la pipe ; vu que l’ex enseignant Mugabe n’a plus ses jambes de jeune.
... suite de l'article sur Autre presse

Commentaires


Comment