Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Transua/Frontière Côte d’Ivoire-Ghana: Des populations et des éléments des Frci s’affrontent
Publié le mercredi 4 fevrier 2015  |  Soir Info
Sécurisation
© Ministères par BIPA
Sécurisation du territoire national: le général Bakayoko renforce son dispositif
Face à la résurgence des attaques menées contre les FRCI par des mercenaires, miliciens et bandits de grand chemin, le Général de Corps d`Armée, Chef d’État-major Général des FRC Soumaïla Bakayoko a entrepris une tournée nationale de renforcement des dispositifs sécuritaires de San-Pedro à Abengourou. Les autorités militaires ont ainsi mis la main sur une bande qui projetait d`attaquer la cité portuaire
Comment




Les habitants du village d’Atokom, localité de la commune de Transua située à 1 km de la frontière Nord-est entre la Côte d'Ivoire et le Ghana, peinent à regagner leur village, malgré la médiation de M. Tanoh Isaac, maire de Transua.

Depuis le vendredi 30 janvier dernier, ils sont réfugiés à Kouam-Prakro et Atounou, villages ghanéens distants d'1km du leur, suite à un affrontement avec les forces de sécurité ivoiriennes (gendarmes et éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire) présentes dans leur localité.

Selon des habitants, un fils du village d’Atokom, mais vivant à Kouam-Prakro (Ghana), revenait de son champ sis dans la partie ivoirienne, avec une vingtaine de Kg de noix de cajou. Il a été intercepté par des agents de sécurité en poste ce jour-là, qui lui auraient exigé une certaine somme avant de le laisser partir. Devant son refus de se plier aux injonctions des soldats, il aurait été sérieusement bastonné. Lâchée par ses bourreaux, la victime s’est rendue au village et aurait raconté, furieuse, son infortune aux autres habitants.

Le chef du village, très en colère, s’est rendue à Transua pour se plaindre auprès des autorités compétentes. Mais, à en croire nos sources, il aurait été empêché par des éléments des Frci, qui lui auraient arraché les clés de sa moto. Cet autre acte, qu'ils n'ont pas approuvé du tout, a révolté les jeunes du village. Ils se sont alors déportés vers le hangar qui servait de poste de contrôle aux forces de l'ordre et l’ont saccagé.
... suite de l'article sur Soir Info

Commentaires


Comment