Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

La CISENET demande une clarification de la date d’effet du déblocage de leurs avancements
Publié le jeudi 5 mars 2015  |  AIP
Traoré
© Autre presse par DR
Traoré Siaka, président de la Convention Ivoirienne des Syndicats de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique (Cisenet)
Comment




Abidjan - La Convention ivoirienne des syndicats de l’Education nationale et de l’enseignement technique (CISENET) demande au gouvernement de se prononcer définitivement sur la question de la date d’effet du déblocage de leurs avancements attendus depuis fin janvier.

« Pour la Convention, il est temps, grand temps que le gouvernement se prononce définitivement et clairement sur la question de la date d’effet du déblocage des avancements », a déclaré jeudi, le président Siaka Traoré, lors d’une conférence de presse au siège de la centrale syndicale Humanisme (CSH) à Adjamé.

La CISENET souhaite aussi l’ouverture de véritables discussions sur le paiement du stock des arriérés cumulés de 2009 à 2013, les travaux de la commission interministérielle pour les passages aux grades A5, A6 et A7 et la mise en place du mécanisme permettant aux professeurs licenciés de satisfaire au Certificat d’aptitude pédagogique pour l’enseignement secondaire (CAPES).

Cette convention du secteur Education-Formation veut que soient élucidés la question des accessoires de salaire, notamment la revalorisation de l’indemnité contributive au logement, les primes de documentation et de recherche, le paiement des indemnités de correction des examens de l’année de l’année scolaire 2013-3014 et l’instauration effective des intendances dans les centres de correction.

Les membres de cette Convention se proposent de déposer, jeudi, un préavis de grève à l’effet d’observer un arrêt de travail de 48 heures pour compter du 16 mars, si d’ici à cette date, satisfaction n’est pas donnée à leurs différentes revendications.

L’Etat ivoirien avait promis le déblocage effectif des salaires de plus de 110 fonctionnaires dont les corps enseignant et médical à la fin du mois de janvier. Une promesse d’environ 226 milliards de francs CFA non encore tenue.

fmo/cmas
Commentaires


Comment