Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article
Région

Une foire sur le cocotier a eu lieu dans la localité de Badadon (Grand-Lahou)
Publié le jeudi 5 mars 2015  |  AIP
Comment




Grand-Lahou - Une foire sur le cocotier s’est déroulée mercredi dans le village de Badadon, à 45 km de Grand-Lahou, à l’initiative de l’Agence nationale d'appui au développement rural (ANADER), du Centre national de recherche agronomique (CNRA) et des enseignants chercheurs de l'UFR Sciences de la nature de l'université Nangui Abrogoua d’Abidjan.

"Nous avons choisi d'organiser les foires dans les village afin d'être en contact à la fois avec les populations et les plantations, et de mieux sensibiliser et mener des recherches efficaces sur le terrain", a déclaré le Pr Hortense Atta épouse Diallo de l'université Nangui Abrogoua.
Selon l’enseignant-chercheur, la maladie du jaunissement mortelle du cocotier a dévasté de nombreuses plantations en Côte
d'Ivoire.

"Aujourd'hui, nous avons réussi à identifier le phytoplasme, le parasite responsable de cette maladie. Nous l'avons isolé, identifié puis séquencé. Par ailleurs des variétés de coco très résistantes à plusieurs maladies ont été découvertes. Très bientôt, des champs-école seront élaborés dans les villages avec les populations. Nous sommes
financés par le CRDI Canada", a-t-elle ajouté.

Pour le directeur régional sud de l'ANADER, Bénié Angama, le rôle de sa structure consiste à encadrer les populations sur le terrain.
"Nos équipes sont mobilisées déjà pour appuyer l'élaboration des champs-école. Déjà, nous avons commencé la sensibilisation des producteurs de coco pour une bonne collaboration avec nos agents qui viendront pour leur formation sur le terrain afin que le projet réussisse.

Le chef de Badadon, Beugré Ambroise, a salué l’initiative de la foire dans son village, parce que, a-t-il relevé, "la destruction de nos plantations par le jaunissement mortel nous a plongé dans la pauvreté".
"Très bientôt, avec l'appui de ces différentes structures, nos plantations vont renaitre. Nous attendons impatiemment les agents de l'ANADER qui viendront pour notre formation en vue de réaliser les champs-école", a-t-il ajouté.

Rk/akn/kp
Commentaires


Comment