Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Jean Kacou Diagou / « L’homme qui valait trois milliards »
Publié le mardi 7 avril 2015  |  Twins
Assemblée
© Autre presse par DR
Assemblée Générale la Fédération des Organisations Patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO)
La Fédération des Organisations Patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO) s’est réunie les 10 et 11 novembre 2014, en Assemblée Générale Extraordinaire à la Maison des Entreprises à Abidjan. Cette assemblée générale a permis de dresser le bilan de la fédération, mais aussi de voter le budget de fonctionnement pour l’année suivante. Ph: Jean Kacou Diagou, président de la FOPAO et du patronat ivoirien .
Comment






« L’homme qui valait trois milliards » est une série télévisée américaine de science-fiction diffusée sur nos écrans télé dans les années 80.
Cette série relatait les péripéties du Colonel Steve Austin, un homme aux apparences humaines, mais qui était en réalité un robot, premier homme bio-ionique, résultat des miracles des toutes dernières technologies de l’époque.
« L’homme qui valait trois milliards » réalisait des performances hors du commun : il courait bien plus vite, voyait bien plus loin, soulevait des charges bien plus lourdes…En un mot, il était le meilleur !
Autres temps, autres lieux et ……de la fiction à la réalité: Le Président du patronat ivoirien, fait presqu’autant !
Jean Kacou DIAGOU, Président du groupe NSIA (Banque assurances), est un modèle de réussite.
Muni de son diplôme des assurances au CNAM de paris en 1972, celui qui deviendra le Président de la Confédération Générale des Entreprises de Cote d’Ivoire (CGECI) fut d’abord chef du service sinistres de SIA agence, de l’UAP à Abidjan.
Travailleur émérite, il gravit petit à petit tous les échelons. Les habitués du petit écran des années 80 le voyaient faire la publicité de l’Union Africaine : « rencontrons nous, nous vous conseillerons », disait-il en substance.
A force de travail, au bout d’une dizaine d’année seulement et après avoir parcouru tous les méandres des métiers de l’assurance, il parvient à se hisser à la tête de l’une des plus grosses entreprises d’assurances en Afrique.
Il ne s’arrête pas en si bon chemin, puisque ses qualités personnelles de communication et d’écoute, d’analyse et de discernement, son adaptabilité et son esprit d’équipe lui valent de se faire un nom dans le milieu des affaires.
D’une rigueur et d’une ardeur à toute épreuve, cet assureur né est un professionnel accompli.
A la tête de la CGECI depuis mars 2005, il abat un travail titanesque.
Doté d’un bon relationnel, le Président DIAGOU (comme on l’appelle) est reconnu pour son souci constant du dialogue et de la qualité du service rendu.
L’appétit venant en mangeant, et conscient de ce que les flux financiers doivent être adossés à de solides garanties, il lorgne du côté des banques. Dès lors, le voilà en train d’initier la banque assurances. Aujourd’hui, Jean Kacou DIAGOU est le leader de la banque assurance en Côte d’Ivoire.
Depuis, l’homme assure et rassure.
A preuve, non seulement il est élu en septembre 2010 à la tête de la fédération des organisations patronales de l’Afrique de l’Ouest (FOPAO), mais cerise sur le gâteau, son mandat pour continuer de présider aux destinées de la CGECI vient d’être prorogé de deux ans.
Alliant pragmatisme et dynamisme, il a donné à la CGECI ses lettres de noblesses et fait de cette confédération, l’un des interlocuteurs privilégiés de l’Etat. En témoigne le tout nouveau siège, « LA MAISON DE L’ENTREPRISE », énorme bâtisse dont il est l’inspirateur et qui marquera à jamais son passage à la tête cette structure. Désormais plantée juste en face de la Présidence de la République, comme pour attester que la CGECI reste l’un des partenaires privilégiés de l’Etat.
Vice-président du CTC, Comité Technique de Concertation du Comité de Concertation Etat-secteur Privé, Jean Kacou DIAGOU compte pour son nouveau mandant, consolider les acquis du patronat et engager la CGECI dans un partenariat gagnant-gagnant avec l’Etat, pour une économie encore plus performante.
Ne limitant jamais ses défis, il défit toujours ses limites et, dans cette dynamique, il affirme péremptoire : « Les entreprises ivoiriennes doivent dépasser le cadre national pour être des champions en Afrique. C’est la mission que je me donne ».
Comment ne pas lui consacrer la « une « du n°4 de TWINS pour savoir de quelle façon ce bâtisseur compte s’y prendre, pour son nouveau plan d’actions, afin de permettre au Secteur Privé, de jouer pleinement son rôle de moteur de la croissance de notre économie ?
Tapis rouge donc sous les pieds du Président DIAGOU, la version ivoirienne, actualisée mais… réelle de « L’homme qui valait trois milliards ».
Bonne lecture et à très bientôt !
Commentaires

Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment