Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Première édition du Forum de la diaspora ivoirienne/ Ally Coulibaly: ``il serait tentant de considérer notre communauté expatriée comme la 32ème région de notre pays``
Publié le jeudi 7 mai 2015  |  Ministères
Ouverture
© Abidjan.net par D. Assoumou
Ouverture du 1er forum de la diaspora ivoirienne en présence du chef de l`Etat
Jeudi 7 avril 2015. Abidjan. Le President de la république, Alasane Ouattara a procédé á l`ouverture du 1er forum de la diaspora ivoirienne. Ce forum qui se tient du 7 au 8 mai réunit plus de 300 ivoiriens venus de l`extérieur et de nombreux invités du monde entier.
Comment




Monsieur le Président de la République,
Madame et Messieurs les Présidents des Institutions de la République,
Monsieur le Ministre d’Etat, assurant l’intérim du Premier Ministre,
Messieurs les Ministres d’Etat,
Mesdames et Messieurs les Ministres
Messieurs les Ministres en charge de la Diaspora des pays frères du Maroc, du Mali, du Sénégal et du Gabon,
Monsieur le Gouverneur du District d’Abidjan
Mesdames et Messieurs les Présidents des Conseils Régionaux,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Mesdames et Messieurs les Maires
Mesdames et Messieurs les Chefs de Mission Diplomatique,
Monsieur le Vice- Président de la BAD chargé des Opérations, Représentant du Président de la BAD,
Mesdames et Messieurs les Rois et Chefs traditionnels
Messieurs les Chefs religieux,
Monsieur le Président du Comité d’organisation du Forum,
Monsieur le Président du Comité Scientifique,
Monsieur le Directeur Général des Ivoiriens de l’Extérieur,
Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux et centraux,
Mesdames et Messieurs, les Panélistes,
Mesdames et Messieurs les Participants au Forum,
Mesdames et Messieurs, chers invités,




Monsieur le Président de la République,

Depuis que vous avez été investi de la plus haute charge de l’Etat, une des idées fortes qui fondent la politique que vous incarnez c’est de faire la place à chacune et à chacun des Ivoiriens dont vous avez la responsabilité, sans distinction d’ethnie, de race, de région ou de religion.
La volonté qui vous anime c’est de considérer que l’œuvre de reconstruction nationale doit impliquer toutes les forces vives de la Nation, mais aussi les Ivoiriens de l’Extérieur, partie intégrante de notre destin collectif.
Vous l’avez affirmé, à maintes reprises, les Ivoiriens de l’Extérieur occupent une place à part dans votre projet pour la Côte d’Ivoire, votre vision d’une Côte d’Ivoire qui s’est réconciliée avec elle-même, qui a renoué avec la paix et le progrès.
Jamais auparavant, les ivoiriens de l’extérieurs n’avaient connu une telle reconnaissance.
Ils participent au rayonnement de la Côte d’Ivoire, au moment où vous engagez une action vigoureuse de renouveau de la diplomatie ivoirienne.
En effet à côté de vos représentants officiels dans le monde, ce sont aussi vos Ambassadeurs. Les Ambassadeurs d’un grand peuple qui est habité par une grande ambition.
Qu’ils se nomment Didier DROGBA, Yaya TOURE, footballeurs de renommée internationale, OUATTARA Watts, l’un des plus doués peintres de son époque, Claudia TAGBO, Comédienne et Humoriste très appréciée, de par le monde, Marguerite ABOUET, Ecrivaine de talent, auteur de Aya de Yopougon, Issac de BANKOLE, acteur bien connu, ou Paco SERY, batteur et percussionniste de jazz, ou encore Asalfo de Magic Système, ou qu’ils se nomment Françoise LEGUENOU REMARK, Mariam SY DIAWRA, Khalilou TRAORE, Docteur René KOUASSI NGUETTIA, Herman KOUASSI, Loïc TABLE, BOBLOYE Brigitte, Kah LEGUIL. Ils sont l’image de notre pays.
Aussi, votre présence à ce forum de la diaspora constitue-t-elle un témoignage éloquent de votre détermination à faire de notre communauté expatriée l’un des acteurs de cette Côte d’Ivoire nouvelle qui se construit, sous votre impulsion, une Côte d’Ivoire plus audacieuse, plus ambitieuse et plus entreprenante.
Que vous ayez accepté de présider la cérémonie d’ouverture de cet important rendez-vous de la Diaspora ivoirienne à Abidjan ne nous surprend guère.
Outre les échanges que vous avez avec les Ivoiriens de l’extérieur à chacun de vos déplacements à l’étranger, ce geste que nous apprécions à sa juste valeur est, à la fois, une illustration supplémentaire de l’intérêt que vous ne cessez de porter à la communauté ivoirienne expatriée et un signal fort du soutien que vous apportez à notre entreprise.
Au nom de tous les participants, je voudrais vous exprimer notre profonde reconnaissance pour cette nouvelle marque de considération à l’endroit des Ivoiriens de l’extérieur qui ont recommencé à croire en notre pays pour une raison bien simple. Parce que vous représentez pour la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui une nouvelle espérance.
Oui, vous êtes dépositaire d’une nouvelle espérance. Oui, une nouvelle espérance tant vous êtes résolu à offrir à tous vos compatriotes les mêmes chances, qu’ils vivent sur le territoire national ou qu’ils aient choisi, pour des raisons qui leur sont propres, de s’expatrier.
Il est désormais acquis, Monsieur le Président de la République, que vous êtes attentif au sort de chacun des Ivoiriens et que vous avez à cœur de créer les conditions nécessaires d’épanouissement pour tous. A chacun de faire les pas nécessaires pour réussir dans la vie.





Monsieur le Président de la République, chers participants, chers invités,
Ce forum qui nous rassemble procède d’une vision que vous portez depuis fort longtemps. : Celle de considérer que la mobilité humaine est un des enjeux majeurs de ce monde et que la Diaspora ivoirienne peut être un levier de développement, à condition bien sûr d’être mobilisée convenablement.
Pour mobiliser cette composante de la communauté nationale et la mettre au service de notre ambition de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020, vous nous avez mis entre nos mains un outil formidable : un ministère dédié à nos compatriotes vivant à l’extérieur. Des compatriotes dont le nombre n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Il dépasserait aujourd’hui un million de personnes, soit environ 5% de la population totale de la Côte d’Ivoire.
Vu son importance, il serait tentant de considérer notre communauté expatriée comme la 32ème région de notre pays. Le disant, je n’exagère rien.

Monsieur le Président de la République,

L’une des missions que vous m’avez assignées en me nommant à la tête de ce département chargé de coordonner notre action en faveur des Ivoiriens de l’extérieur, c’est d’instaurer une relation de confiance entre le Gouvernement Ivoirien et notre communauté expatriée et de formuler une politique permettant de prendre en compte et de valoriser cette semence créatrice et productive que constitue la diaspora ivoirienne.
Pour utiliser une métaphore, cette diaspora, ce sont des graines qui se sont dispersées aux quatre coins du monde et ont germé.
Il nous est apparu opportun de créer une espace d’échanges entre notre Gouvernement, à travers le Ministère en charge des Ivoiriens de l’extérieur, et nos frères et sœurs ivoiriens de l’extérieur, démontrant ainsi notre volonté d’écoute et de dialogue.
C’est tout le sens de cette concertation qui réunit, pendant deux jours ici à Abidjan, des représentants des Ivoiriens de l’extérieur, des Ministres de pays Africains, des experts, des spécialistes des questions de migration dans le monde.
Aboutissement d’une série de contacts que nous avons eus, ces derniers mois, avec les Ivoiriens de l’extérieur, cette tribune abordera toutes les problématiques relatives aux questions de la Diaspora.
Qu’il s’agisse de la mise en place d’une structure représentative de la Diaspora ivoirienne, des nouvelles relations devant s’instaurer entre les Ambassades et les Consulats ivoiriens à l’étranger, des conditions d’exercice de la citoyenneté, de la question de la double nationalité, d’une meilleure implication de la Diaspora ivoirienne dans la vie sociale et économique de la Côte d’Ivoire, de la place des Ivoiriens de l’extérieur dans la politique de développement de notre pays, de la mobilisation des ressources financières de la Diaspora, du soutien à la création d’entreprises, à l’investissement dans des projets productifs ou encore de la meilleure manière d’utiliser les compétences et le savoir-faire des Ivoiriens de l’extérieur tenant compte de l’évolution des profils et de la féminisation de notre Diaspora.
Bien évidemment, nous ne manquerons pas de nous pencher sur un sujet d’actualité brûlante : le drame qui se joue sur les côtes méditerranéennes, ces jours-ci, avec la mort de milliers de jeunes tentant de gagner l’Europe, sur des embarcations de fortune.
Ce phénomène qui prend de plus en plus de l’ampleur fera l’objet d’un questionnement pendant ce forum, avec le souci d’éviter toute confrontation idéologique stérile et de dépasser la dimension émotionnelle et individuelle qui s’attache à une question aussi cruciale que celle de l’immigration irrégulière.
Face à cette tragédie qui a transformé la Méditerranée en un véritable cimetière, 1800 morts depuis Janvier, les invectives et les imprécations n’ont pas leur place.
Seule une mobilisation de l’Europe et de l’Afrique permettra d’esquisser des pistes de solutions pour endiguer la déferlante migratoire et l’hécatombe qu’elle provoque.
Mesdames et Messieurs,

Comme vous le constatez, aucune des thématiques liées à la migration et à sa corrélation avec le développement ne sera occultée pendant nos discussions.
Toutes ces thématiques s’imbriquent et touchent de nombreux domaines d’action politique.
C’est pourquoi, dans notre approche des différents enjeux de la migration dont le caractère transversal est évident, nous avons mis à contribution tous les départements ministériels intéressés par les questions de migrations.
A cet égard, je me félicite de la collaboration de tous mes collègues qui nous font l’honneur de nous accompagner.



Monsieur le Président de la République, chers participants, chers invités,

Structurés autour de ces problématiques dont je viens de parler, les débats bénéficieront des éclairages de nombreux experts que je veux ici saluer pour leur participation. J’aimerais citer, le Ministre Boubeye MAÏGA et Monsieur Jean-Christophe DUMONT, Chef de Division des Migrations Internationales à l’OCDE, de Monsieur Abdellah BOUSSOUF, Secrétaire Général du Conseil de la Communauté à l’étranger et du Professeur Christian BOUQUET.
Ils s’enrichiront également de la contribution des Ministres de pays frères dont l’expérience en matière de migration est avérée et constitue, pour nous, une source d’inspiration.
Il s’agit de Monsieur Anis BIROU, Ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la Migration, du Docteur Abdramane SYLLA, Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine, au ministre des droits humains de l’égalité des chances et des gabonais de l’étranger de Monsieur Souleymane Jules DIOP, Secrétaire d’Etat Sénégalais Je tiens à leur exprimer notre profonde gratitude pour le concours précieux qu’ils nous apportent dans la compréhension du fait migratoire qui est une réalité planétaire.
Dans le registre des remerciements, je ne saurais oublier toutes celles et tous ceux qui par appui ont rendu possible la tenue de cette rencontre qui revêt à nos yeux une importance capitale. Je pense à la BAD, au CEPICI, et Global View











Monsieur le Président de la République, chers invités,

S’inscrivant dans le prolongement des initiatives que nous avons organisées ces deux dernières années à Paris et à Abidjan, en liaison avec le CEPICI et le Ministère, cette approche que nous voulons participative rencontre un franc succès puisque nous enregistrons la participation à ce forum de plus de 300 Ivoiriens de l’extérieur, venant de tous les continents.
Je voudrais les remercier sincèrement d’avoir répondu si nombreux à notre invitation et leur dire combien nous sommes sensibles à leur présence.
Les trajectoires, les parcours académiques et professionnels des représentants de la Diaspora ivoirienne aussi riches que divers.
Ainsi, à la faveur de ce forum, vont se côtoyer et mieux faire connaissance des entrepreneurs, des investisseurs, des ingénieurs, des banquiers, des financiers, des enseignants, des étudiants, j’en passe. Ils appartiennent à tous les secteurs de pointe qui feront les grandes économies d’aujourd’hui et de demain.
Ces Ivoiriens de l’extérieur représentent une variété de situations. Mais, j’ai pu l’observer, ils ont un point commun : leur attachement à la mère patrie, la Côte d’Ivoire. Ils ont la passion de notre pays. Ils l’aiment comme nous l’aimons de toutes leurs forces. Quand la Côte d’Ivoire gagne, comme ce fut le cas lors de la Coupe d’Afrique des Nations de football, ils vibrent comme nous tous. Lorsqu’elle souffre, ils souffrent également.
Il se trouve que nos frères et sœurs résidant hors de nos frontières ont maintenant des raisons légitimes d’être de plus de plus en plus fiers de leur pays. Car, grâce à vous, la Côte d’Ivoire est en mouvement.
Elle est en mouvement parce que vous avez su, par l’action, susciter l’adhésion. Vous avez su susciter l’adhésion ,non pas en étant au dessus du peuple mais plutôt au milieu du peuple
Les Ivoiriens de l’extérieur sont impressionnés par les transformations qui s’opèrent dans tous les domaines. Qui pourrait, d’ailleurs, être insensible au bouillonnement auquel nous assistons ainsi qu’à l’immense effort de renouveau qui se déploie partout ?
Incontestablement, le travail et le mérite sont de retour.
En effet, Monsieur le Président de la République, comme chez tous les Ivoiriens, il y a eu ce déclic de la confiance, l’étincelle, l’ingrédient ; toutes choses qui donnent espoir et permettent d’avoir foi en l’avenir de notre pays. Ce désir d’avenir, nos frères et sœurs de la Diaspora l’ont chevillé au corps. Parce qu’ils sont convaincus qu’avec vous la Côte d’Ivoire gagnera à coup sûr.
C’est la marque d’un homme d’Etat que d’avoir la volonté de changer le cours des choses, d’avoir la capacité d’anticiper et de déchiffrer les évolutions du monde.





Monsieur le Président de la République, chers invités,

Je suis convaincu que ce Forum sur la Diaspora ivoirienne, le premier du genre, tiendra toutes ses promesses.
Ce qui fonde ma conviction, c’est autant la qualité des participants que leur engagement à nos côtés pour mener une réflexion sur l’élaboration d’une politique qui tienne compte des attentes des Ivoiriens et qui permette de maximiser l’apport de notre Diaspora au développement de notre pays, au moment où il s’engage dans la voie de l’émergence.
Bien sûr, Monsieur le Président de la République, votre seul présence est un motif d’encouragement et un gage de succès de ce rendez-vous de la Diaspora.
Je vous remercie de votre aimable attention.
Commentaires


Comment