Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Art et Culture

Culture : Bingerville aux pas du Carnaval Ivoiro-Antillais
Publié le lundi 11 mai 2015  |  Le Sursaut
Comment




La rue principale de Bingerville était parée de couleurs de drapeaux nationaux de la Côte d’Ivoire et de la France, le samedi dernier. L’objet de cette animation particulière était la tenue de la 4ème édition du Carnaval ivoiro-antillais. C’est à l’initiative de Georges Ravoteur, un antillais résidant en Côte d’Ivoire, que le carnaval a été institué. Le contenu est axé sur un pont culturel, censé relier la Côte d’Ivoire et les Antilles. Pour cette année, hormis les deux pays sus-cités, quatre autres (Bénin, Burkina Faso, Niger et Togo), sont venus renforcés l’amitié. La cérémonie festive permet de consolider les liens ancestraux et des relations culturelles des deux peuples. «Ce carnaval est un pont que nous créons pour raffermir les relations entre l’Afrique et les Antilles, qui ont en commun l’origine», a indiqué l’initiateur et promoteur de l’évènement, Georges Ravoteur. Le carnaval met au jour, les richesses culturelles des peuples ébrié et créole. Ce qui a fait dire à la 4ème adjointe au maire de Bingerville, Dem Coulibaly que «Bingerville se repositionne avec ce carnaval». Culturellement, a-t-elle dit, la ville a beaucoup d’atouts qui doivent être exploités. «De par cette connexion nous ajoutons, la culture créole dans nos registres», précise-t-elle et d’ajouter : «Nous sommes liés au peuple antillais par la culture. Ce sont nos cousins qui ont été déportés vers les Amériques». Tour à tour, les communautés Ebrié, Denguélé, Dozo, Kôyaka, Sénoufo et Yacouba ont servi aux assistants, les danses de leur région respective. La communauté antillaise s’est également illustrée avec une démonstration de Zouk. Au delà de ce cadre festif, c’est le développement touristique que met en veilleuse, cette manifestation. En effet, comme l’a souligné le maire de la localité, Bingerville a été la deuxième capitale de la Côte d’Ivoire entre 1900 et 1934, avant de la céder à Abidjan. Elle a beaucoup de sites coloniaux et historiques propices au tourisme. Donc le carnaval ivoiro-antillais peut servir d’engrais au développement de la région et ce grâce au tourisme.

Clément Koffi
Commentaires


Comment