Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Présidentielle 2015: la Cnc en danger
Publié le samedi 30 mai 2015  |  Le Sursaut
Signature
© AFP par SIA KAMBOU
Signature de la charte de la Coalition Nationale pour le Changement, en présence des principaux représentants de l`opposition
Vendredi 15 Mai 2015 . Abidjan. Les leaders de l`opposition ivoirienne et des candidats déclarés aux prochaines élections présidentielles, dont l`ex-Premier ministre Charles Konan Banny étaient présents à la cérémonie de signature de la charte la Coalition nationale pour le changement (CNC)
Comment




A cinq mois de la présidentielle, intimidations et coups bas rythment le quotidien des leaders de la Coalition nationale pour le changement (Cnc).

Le succès du meeting de KKB à Yopougon-Gesco, samedi dernier, n’a pas été du goût de certains malfaiteurs qui font de ce quartier leur chasse gardée. Ainsi, ils se sont introduits au domicile de l’organisateur dudit meeting pour lui tenir la dragée haute. Après avoir mis la main sur la somme de 1.200.000 Fcfa et des crédits de communication d’une valeur de 200.000 Fcfa, les quidams l’ont conduit dans leur Qg pour le soumettre à un interrogatoire musclé. Selon ses ravisseurs, tous ceux qui défient cette interdiction croupissent dans les geôles de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca). Et pourtant, Pascal Affi N’guessan, président statutaire du Front populaire ivoirien, taxé d’être de connivence avec le pouvoir d’Abidjan, a tenu son meeting le même jour à la place Ficgayo sans incidents. Bien au contraire, un dispositif sécuritaire impressionnant a assuré la sécurité. Un fait qui confirme les propos de l’agent du ministère cité plus haut. Par ailleurs, s’il est vrai que la loi interdit l’organisation des meetings avant la campagne, il n’en demeure pas moins que le muscle fait office d’arguments massues vis-à-vis de l’opposition. D’où l’exaspération de KKB. « Ça fait la 5ème fois qu’on me casse les bâches pour un meeting à Yopougon et à Gagnoa. J’aimerais rappeler à M. Ouattara qu’empêcher des meetings peut envoyer la guerre dans un pays. Lui, on lui a empêché un meeting à Dabou, on sait ce qu’on a vécu dans ce pays. Il ne peut donc pas empêcher l’organisation des meetings », s’était-il indigné lors de ce rassemblement. Au demeurant, Affi N’guessan n’est pas encore sorti de l’auberge. Accusé à tort ou à raison d’être dans les bonnes grâces du pouvoir, il a été cuisiné, mardi, dans l’affaire de l’assassinat du général Robert Gueï. Et cela, seulement trois jours après le fêté de la Liberté à Yopougon où l’homme a décidé de terrasser le Président Ouattara à la prochaine présidentielle. L’ex-Premier ministre a été convoqué devant un conseil militaire. Certains observateurs avertis ont une autre vision de cette comparution du leader du parti de Laurent Gbagbo. Intimidations, intrigues et coups bas meublent d’ores et déjà le quotidien des partis de l’opposition, notamment la Coalition nationale pour le changement(Cnc). Charles Konan Banny, candidat déclaré à la présidentielle, l’a si bien compris au point qu’il organise des séries d’audiences à son domicile à Yamoussoukro, plutôt que d’organiser des meetings dans les lieux publics. Et cette stratégie permet d’éviter certaines attaques. L’on se souvient que Bamba Souleymane, assistant du Directeur de la communication du cabinet de campagne du président Essy Amara, avait été enlevé par des hommes armés à son domicile, samedi 18 avril 2015, avant d’être relâché. Vivement que la campagne présidentielle se déroule dans l’apaisement. Pour l’heure, des individus tapis dans l’ombre continuent d’intimider les leaders de l’opposition.

Cyrille NAHIN
Commentaires


Comment