Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Université Félix Houphouët-Boigny: affrontements entre policiers et étudiants
Publié le mardi 28 juillet 2015  |  Soir Info
Activités
© Ministères par Guy Lasme
Activités gouvernementales : Le Ministre Alain Logbognon initie l’opération « Un million de poches de sang jeune. »
Jeudi 21 mars 2013, Université Félix Houphouët Boigny. Abidjan-Cocody. Le Ministère de la Promotion de la Jeunesse, des Sports et Loisirs, en partenariat avec le Ministère de la Santé, de la Lutte contre le Sida à travers le Centre National de Transfusion Sanguine(CNTS), initie l’opération « Un million de poches de sang jeune. » Les étudiants se mobilisent pour donner leur sang.
Comment




Les jours passent et se ressemblent sur le campus de l’Université Félix Houphouët-Boigny (Ufhb) de Cocody où l’atmosphère depuis une semaine reste tendue.

En effet, le lundi 27 juillet 2015, les premiers enseignements et les compositions n’ont pu se dérouler, suite à un affrontement entre des éléments de la Police et des centaines d’étudiants. Ces derniers, à l’aide de cailloux ou de gourdins, se sont attaqués aux forces de l’ordre qui ont vigoureusement riposté par des jets de lacrymogène. Mieux, ces éléments très remontés ont engagé une course poursuite pour interpeller les principaux leaders des associations estudiantines qui ont organisé la paralysie de l’Ufhb. Cette traque qui a débuté peu après 8H30mn se poursuivait jusqu’à 13H sans qu’un bilan ne soit disponible au moment où nous mettions sous presse.

Koné Fanzin, le secrétaire national de l’Association des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (Ageeci) a expliqué l’objectif de la manifestation de ce lundi matin. « Depuis quelques semaines, nous ne recevons pas de réponses aux nombreux courriers que nous adressons à l’administration. En plus, le jeudi 16 et le vendredi 24 juillet 2015, des étudiants ont été pourchassés et bastonnés. Nous dénonçons l’absence de libre expression. Nous voulons que l’espace universitaire soit apaisé pour que les compositions qui s’y déroulent actuellement aillent jusqu’à leur terme. Il y a des victimes à chaque manifestation. On nous interdit tout. Nous voulons le départ sans conditions des fonctionnaires de la Police nationale de Côte d’Ivoire qui occupent les lieux stratégiques du campus. Trop, c’est trop », a-t-il martelé.
... suite de l'article sur Soir Info

Commentaires


Comment