Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Honoré Gbélé (ancien membre de la galaxie patriotique) lance un mouvement apolitique: « Pour montrer à tout le monde que nous sommes matures, nous nous engageons pour la paix »
Publié le lundi 7 septembre 2015  |  L’intelligent d’Abidjan
Comment




Ancien Secrétaire général de la Coalition nationale des résistants de Côte d’Ivoire (Conareci) présidée par Serges Koffi (alias Souroukou Trêmin Trêmin ou STT), président ‘’des baoulés de la nouvelle génération’’, Honoré Gbélé lance ce lundi 7 septembre 2015 la Conférence des patriotes pour la paix (CPP), un mouvement qui se veut apolitique. De retour d’exil depuis huit (8) mois, il entend ainsi s’engager pour la paix en Côte d’Ivoire. Dans cet entretien, il explique notamment les raisons de la mise sur pied de la CPP dont il est le président.

De retour d’exil, vous lancez un mouvement dénommé la Conférence des patriotes pour la paix. De quel type de mouvement s’agit-il ?
Compte tenu de tout ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire, de retour d’exil, nous avons décidé après plusieurs analyses et réflexions, en toute maturité, de mettre en place une nouvelle structure appelée la Conférence des patriotes pour la paix (Cpp). Il s’agit d’une structure apolitique. Elle est dépourvue de toute obédience politique, religieuse et sectaire. Vu l’état de déchirure dans lequel se trouve encore la Côte d’Ivoire après la crise de 2010 notamment, les manœuvres en cours dans tous les QG des partis politiques et le langage utilisé par certains candidats, nous pensons qu’il est temps de faire la paix autant pour celui qui est au pouvoir et ceux qui sont dans l’opposition. C’est dans cet esprit de paix que nous avons décidé de mettre en place cette plate-forme. La Fesci, les représentants des parlements et agoras, un représentant de la Conareci, des baoulés de la nouvelle génération, de la société civile, des femmes, etc. en font partie. De plus, à travers son chargé de la société civile et le conseiller spécial de sa représentante en Côte d’Ivoire, l’Onuci nous a déjà accordé deux audiences les 16 et 26 août 2015. Au cours de ces rencontres fructueuses, ils ont apprécié l’initiative de la naissance de notre structure et nous ont apporté leurs encouragements. Ils nous ont également demandé d’aller sur le terrain pour transmettre le nouveau langage de paix qui est un langage d’avenir pour la Côte d’Ivoire.

Votre mouvement est dénommé la Conférence des patriotes pour la paix et se réclame apolitique. Pourtant, il y a une connotation péjorative qui a été attribuée au mot « patriotes », compte tenu du fait que ceux qui se faisaient appelés ainsi, étaient politiquement engagés dans les crises en Côte d’Ivoire. Comment comptez-vous corriger cela auprès des populations que vous aller approcher, d’autant plus vous étiez parmi les leaders de ces “patriotes’’ ?
Il y a eu un problème de communication pendant la lutte que nous menions. Et quand une bataille est menée, toute sorte d’interprétation peut voir le jour. Mais, il faut dire que le patriotisme en Côte d’Ivoire a été un modèle, un cas d’école pour tous les pays d’Afrique.

Nous avons mené un vrai patriotisme face à un adversaire qui avait à la fois un visage connu et inconnu. Et nous devrions donc nous attendre à ce type de préjugés. Mais aujourd’hui encore, pour montrer à tout le monde que nous sommes matures, nous prônons la paix. Il y a un temps pour toute chose. Il n’y a pas longtemps, depuis son lieu de détention, Charles Blé Goudé a appelé à faire la politique autrement. C’est dans ce cadre que nous sommes inscrits aujourd’hui. Car le patriotisme est d’abord un patriotisme de paix. Nous avions défendu les Institutions de la République et les valeurs démocratiques. Aujourd’hui, nous défendons la paix qui est un bien à tous.

Vous avez une conférence de presse ce lundi 7 septembre 2015. Quel appel voulez-vous lancer à ceux qui souhaitent vous rejoindre dans votre mission de paix, à travers la CPP ?
Pour qu’elles soient des apôtres de la paix, nous avons coopté d’anciennes structures qui existent déjà et qui ont été des acteurs clés de la résistance patriotique. Car au vu de ce qui se passe chaque jour en Côte d’Ivoire, nous pensons que la paix est primordiale. Mais nous n’avons pas seulement dans notre critère d’acceptation ces structures patriotiques. Les structures du RDR, du PDCI, de tout le RHDP, de l’opposition, même autres que la LMP de l’époque, sont les bienvenues dans la CPP. La paix se fait avec tout le monde. Nous ne faisons pas de distinction entre notre adversaire d’hier et nous. L’adversaire d’hier doit être notre ami aujourd’hui.

Entretien réalisé par Alex A
Commentaires


Comment