Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article
Sport

Seydou Doumbia: « La Côte d’Ivoire a besoin de Yaya Touré »
Publié le lundi 5 octobre 2015  |  Jeune Afrique
Sport/Football
© Abidjan.net par PRISCA
Sport/Football : Les éléphants face à la presse
Mardi 28 février 2012. Abidjan. A l`hôtel du Golf. Les elephants ont animé une conférence de presse en prelude au match amical Guinée - Côte d`Ivoire. Photo : Doumbia Seydou
Comment




Efficace avec son club du CSKA Moscou, où il est revenu en prêt cet été après son échec à l’AS Roma, Seydou Doumbia (27 ans) l’est moins avec les Éléphants de Côte d’Ivoire. L’attaquant ivoirien, qui n’a éludé aucune question, s’est longuement confié à Jeune Afrique avant d’affronter le Maroc, le 9 octobre, en amical, à Agadir.

Jeune Afrique : Vous êtes revenu cet été au CSKA Moscou, qui vous avait vendu en janvier dernier pour 15 millions d’euros à l’AS Roma. Reviendrez-vous en Italie ?

Seydou Doumbia : Je m’imagine mal y retourner. Même si j’ai encore deux ans et demi de contrat avec le club italien. Je pense qu’on parviendra à trouver un accord. Cela s’est mal passé pour moi (deux buts inscrits). Les supporters ont commencé à me siffler dès le premier match, et cela ne s’est plus arrêté jusqu’à mon départ. Pourquoi ? Le coach [Rudi Garcia, NDLR] m’a fait jouer alors que je venais à peine de rentrer de la CAN. Je n’étais sans doute pas prêt.

Depuis votre retour au CSKA Moscou, vous semblez revivre. Ce choix était-il une évidence ?

C’était la meilleure solution. Je connais très bien ce club, le championnat russe. J’avais besoin de jouer, également pour continuer à être appelé en sélection nationale. Je suis revenu six mois après mon départ, et c’est comme si j’étais parti la veille. Rien ou presque n’avait changé. J’avais quitté la Russie parce que j’estimais que c’était le moment de découvrir un autre championnat. J’aurais pu aller en Angleterre. J’ai choisi Rome car l’entraîneur est français, également en raison de la présence de Gervinho, mon compatriote. Cela n’a pas marché, mais peut-être qu’un jour, je retenterai ma chance dans un grand championnat européen.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires

Dans le dossier
Football
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment
Petites Annonces avec Annonces.ci  



Comment