Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Sécurité au Travail : le secteur privé dépeint environ 5000 victimes d’accident du travail par an
Publié le vendredi 9 octobre 2015  |  CGECI
Sécurité
© Autre presse par DR/CGECI
Sécurité au Travail : le secteur privé dépeint environ 5000 victimes d’accident du travail par an
Jeudi 08 octobre 2015 . Abidjan . Plateau . Le Président de la Commission Sociale et Emploi de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Mao MAR, a signifié à la Maison de l’Entreprise , qu’environ 5000 personnes sont victimes d’accident du travail et environ 10 personnes, victimes de maladies professionnelles par an.
Comment




Le Président de la Commission Sociale et Emploi de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), Mao MAR, a signifié ce jeudi 08 octobre 2015 à la Maison de l’Entreprise au Plateau, qu’environ 5000 personnes sont victimes d’accident du travail et environ 10 personnes, victimes de maladies professionnelles par an.

"En Côte d’Ivoire, chaque année environ 5000 personnes sont victimes d’accident du travail et environ 10 personnes sont victimes de maladies professionnelles. Il ne fait aucun doute que les accidents du travail et les maladies professionnelles font partie des problèmes sanitaires nationaux à forte charge de morbidité", a expliqué M. MAR, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier sur le thème « LA PROMOTION DE LA CULTURE DE PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DANS LES ENTREPRISES DES SECTEURS DES MINES, DU PETROLE ET DE L’ENERGIE EN COTE D’IVOIRE ».
Cet atelier est initié par la Coordination Nationale des Comités de Santé Sécurité au Travail (CNCSST), en partenariat avec la CGECI, la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) et l’Intersyndicale en Sécurité et Santé au Travail (ISSST).

Selon le représentant du ministre d’Etat, ministre de l’Emploi, des affaires sociales et de la formation professionnelle, Docteur Kaba Karidja, Directrice de la Santé Sécurité au Travail (DSST), le ministère adhère pleinement à l’objectif de cet atelier. Elle a également traduit sa satisfaction concernant l’engouement de la campagne d’installation des Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) dans les entreprises privées et invité ces comités à être formés.

Pour la directrice de la Prévention et de la Promotion de la Sécurité et Santé au Travail (DPPSST) de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS), Mme Salimata TRAORE, il est important de promouvoir les CHSCT au sein des entreprises. Elle a toutefois exprimée sa non-satisfaction, pour les 800 entreprises qui n’ont pas encore installées de CHSCT au sein de leurs entreprises.

L’objectif de cet atelier est de promouvoir la culture de la prévention dans les entreprises des secteurs des Mines, du Pétrole et de l’Energie, afin de booster leur productivité. Plusieurs résultats sont attendus, entre autres, la mise en place de coordinations sectorielles des CSST des secteurs Mines, Pétrole et Energie, une campagne d’installation des CSST organisée et la formation des membres des CSST nouvellement installés.

Le projet sera conduit au maximum sur 12 mois et à terme une équipe sera mise sur pied pour évaluer les acquis. Les résultats de cette évaluation seront présentées lors de la 9ème édition du forum des comités de sécurité et santé au travail de Cotonou prévu en 2017.

Des panels ont meublé cette activité : « Toxicologies industrielles et intoxications professionnelles dans les secteurs des Mines, du Pétrole et de l’Energie ; Coordination sectorielle des CSST de l’Agriculture : Rôle et missions ; défis et perspectives »

Le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) est institué par la loi n°95-15 du 12 janvier 1995 portant Code du Travail en ses articles 42.1 à 42.4 et par le Décret 96-206 du 07 mars 1996.

Il s’agit d’un organe de dialogue social interne à l’entreprise et le seul cadre de concertation entre l’employeur et les travailleurs en matière de sécurité et de santé au travail. Il est obligatoire pour les entreprises et établissements employant plus de cinquante salariés, et pour les effectifs inférieurs à cinquante salariés, la charge incombe aux délégués du personnel.
Commentaires


Comment