Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Charles Banny candidat à la présidentielle : Je veux que ce régime change
Publié le mercredi 21 octobre 2015  |  L’intelligent d’Abidjan
Charles
© Abidjan.net par Atapointe
Charles Konan Banny entend donner les "preuves" des irrégularités dans la liste électorale
Le candidat à la présidentielle Charles Konan Banny a animé un point de presse ce mardi 20 octobre 2015 à son cabinet. Il y a profité pour brandir ses preuves des irrégularités dans la liste électorale
Comment




Invité de l’émission “Face aux électeurs’’ de la Rti, le candidat Charles Konan Banny a dénoncé le dimanche 18 octobre 2015 les conditions d’organisation du scrutin présidentiel.
Il aura fallu attendre son mot de conclusion, au bout de deux heures d’entretien, pour que Banny expose clairement ses griefs contre les conditions d’organisation du scrutin présidentiel à venir. « L’identification n’est pas consensuelle. Elle est confidentielle. J’ai des preuves que la liste définitive qui m’a été remise il n’y a pas longtemps, est remplie de doublons, de personnes qui existent deux fois. Ce qui veut dire qu’elles vont aller voter deux fois si elles le veulent. Ce n’est pas normal. Ce n’est pas honnête. (…) Ces personnes ont deux cartes et sont inscrites en deux endroits différents. Sur la liste, c’est le même nom et la même photo. (…) La liste est infectée de doublons », a fustigé le président de la Coalition nationale pour le changement (Cnc), candidat indépendant à la présidentielle du 25 octobre prochain.

La Cnc a menacé le 31 août 2015 de faire obstacle à la tenue du scrutin présidentiel. Contrairement au président de Liberté et démocratie pour la République (Lider) Mamadou Koulibaly, par ailleurs membre de la Cnc, Banny a maintenu sa candidature à la présidentielle, alors que rien n’a changé sur les revendications de la coalition qu’il préside. A la question de savoir si la menace du 31 août est toujours à l’ordre du jour ou s’il s’agissait d’un simple harcèlement, Banny a répondu : « La Cnc n’est pas un parti politique. Elle est un groupement d’intérêts politiques de personnes qui veulent le changement par la voie démocratique. Je veux que ce régime change. C’est pour cette raison que j’ai signé la charte. (…) Les conditions n’ont pas changé. Cela signifie qu’il y a une volonté réelle de passage en force. (…) Les conditions n’ont pas changé, mais je suis un homme de paix et je le demeure. (…) Je ne suis pas content de la manière dont Ouattara a gouverné le pays. Les Ivoiriens ne le sentent pas comme leur Président. Ce transfert affectif entre le Président et le peuple de Côte d’Ivoire ne s’opère pas parce que les valeurs dans lesquelles les Ivoiriens se reconnaissent, ne se voient pas dans l’action de M. Ouattara qui était mon ami. Ce n’est pas pour rien que j’ai dit qu’il ne conçoit l’amitié qu’en termes de soumission. (…) C’eut été mieux que nous ayons un candidat unique à la Cnc. Peut-être que par rapport aux élections, nous n’avons pas la même approche. (…) Mais l’intérêt commun, c’est d’obtenir le changement. C’est ce qui nous lie. (…) Nous proposons de manière républicaine au chef de l’Etat de discuter avec nous des conditions d’une élection équitable pour en garantir une sortie transparente. Maintenant, si le chef de l’Etat ne veut pas, il en prendra les responsabilités ».

Comment gagner une élection sans un appareil politique ?
Au cours de son intervention, Banny a reconnu que la branche dissidente du Front populaire ivoirien (Fpi) est un élément important de la Cnc. Cette coalition, a-t-il poursuivi, comporte également des personnes comme lui qui sont issues du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci). Mais, a ajouté l’ex-Premier ministre, l’absence de soutien de son appareil politique ne peut l’empêcher de remporter l’élection présidentielle. « C’est vrai qu’on dit qu’il est difficile d’aller à une élection de cette envergure sans appareil. C’est la science politique et les exemples qui le disent, etc. Mais, il n’y a pas de vérité révélée en la matière. Je vais vous donner un exemple. Le Président Yapi Boni qui est un ancien cadre de la BCEAO, est entré en politique sans avoir de parti. Et il a été Président de la République. C’est après qu’il a créé un parti. Cela peut arriver. (…) Le meilleur soutien est le peuple de Côte d’Ivoire. L’élection présidentielle est le rendez-vous d’un homme avec son peuple. Ce ne sont pas seulement les militants qui votent un Président. Même ceux qui ont des appareils souhaitent, par-delà les étiquettes, avoir le suffrage de ceux qui ne sont pas des encartés. Les choses ne sont pas aussi catégoriques. Il s’agit de la vie de la nation et ce sont les Ivoiriens qui décident », a expliqué Banny.

Alex A
Commentaires


Comment