Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire-Burkina Faso: Des secrets dévoilés sur les relations difficiles entre les deux pays
Publié le samedi 21 novembre 2015  |  Soir Info
Discours
© Assemblée Nationale par Assemblée Nationale
Discours du Président de l`Assemblée Nationale, Guillaume SORO lors de la clôture de la 23ème Assemblée Régionale Afrique de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie
Samedi 30 Mai 2015. Yamoussoukro. Son Excellence Monsieur Guillaume Kigbafori SORO, Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire a prononcé un discours lors de la clôture de la 23ème Assemblée Régionale Afrique de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie qui s`est tenue tenue du 28 au 30 Mai 2015.
Comment




S’il y a une affaire qui fait couler en ce moment beaucoup d’encre et de salive, aussi bien sur les bords de la lagune Ebrié que sur les rives du fleuve Kadiogo, c’est celle des écoutes téléphoniques qui mettent en cause le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, et le général Djibrill Bassolé, dernier ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré et candidat recalé à l’élection présidentielle au Burkina Faso.

Si du côté burkinabè, les autorités ne sont pas passées par quatre chemins pour mettre le général Djibrill Bassolé aux arrêts, bien avant la diffusion du document qui circule sur les réseaux sociaux, pour complicité présumée avec les putschistes de l’ex-Rsp, du côté d’Abidjan, le Front populaire ivoirien (Fpi) a demandé l’ouverture d’une enquête parlementaire. Et ce, pour faire la lumière sur les graves allégations qui sont faites, au-delà du coup d’Etat contre les institutions du Burkina Faso, sur la mort de Désiré Tagro, un proche de Laurent Gbagbo, mortellement touché lors de l’attaque du palais présidentiel qui a abouti à la capture du Woody, et sur celle de Ibrahim Coulibaly, ex-chef de guerre du commando invisible tombé en disgrâce et tué dans des conditions tout aussi obscures. Il est de bonne guerre que le parti de l’ex-président ivoirien se saisisse d’une telle affaire. Et le président de l’Assemblée nationale ivoirienne directement visé, ne devrait pas s’en offusquer,  lui qui ne demande qu’à être blanchi dans une affaire qu’il qualifie du reste, de grossier montage. C’est donc l’occasion pour lui de laver son honneur pour rabattre le caquet à ses détracteurs. Au demeurant, s’il y parvenait, cela pourrait contribuer à réchauffer les relations diplomatiques entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, en ce moment au plus mal.
... suite de l'article sur Soir Info

Commentaires


Comment