Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Enseignement supérieur : des faussaires au sein des enseignants
Publié le jeudi 17 decembre 2015  |  Ivoire-Presse
Université
© Ivoire-Presse par DR
Université FHB-Cocody : Les étudiants prêts à recevoir le président Ouattara
Lundi 5 septembre. Abidjan. Les étudiants désirent accueillir le Chef de l’Etat au Campus en octobre prochain.
Comment




Le milieu de L’Enseignement Supérieur vient d’être secoué par deux affaires qui ne l’honorent pas. Elles concernent deux enseignants-chercheurs, M. Camara Fanthaha Hermann, enseignant-chercheur à l’Ecole Normale Supérieure (ENS), et M. Sidibé Daouda enseignant-chercheur à l’UFR de biosciences à l’Université Félix HOUPHOUËT-BOIGNY de Cocody, soupçonnés de faux et usage de faux en documents administratifs.
Le premier cité, en l’occurrence Camara Fanthaha Hermann, a été épinglé par l’Unité de Lutte Contre le Racket (ULCR), pour faux et usage de faux ; faux commis dans certains documents administratifs, usage illégal de sceau administratif et fraude fiscale. Il ressort des faits que le sieur Camara, depuis son domicile, fabriquait en quantité industrielle des carnets de récépissés au nom de l’ULCR, de fausses attestations d’assurance d’une compagnie de la place. Le tout avec un vrai-faux cachet de l’ULCR. Avec ces faux documents, il permettait à ses propres véhicules de transports en commun de circuler librement sur la voie publique.
Quant au second, Sidibé Daouda, Enseignant à l’UFR de Biosciences à l’Université Félix HOUPHOUËT-BOIGNY de Cocody et, par ailleurs, responsable politique local dans une commune d’Abidjan, il est soupçonné fortement de détenir un diplôme, en l’occurrence le Doctorat, obtenu dans des conditions manifestement illégales. Selon nos sources, notre professeur n’est pas habilité à enseigner à l’université. Et pour cause, il a soutenu et obtenu son Doctorat le 26 février 2011, en pleine crise post-électorale, donc à un moment où les campus universitaires étaient des camps militaires occupés par les miliciens et où tout le monde était planqué. On comprend alors que le Président de la République, Alassane OUATTARA, ait pris l’ordonnance N° 2011-007 du 14 avril 2011, pour annuler tous les actes et décisions pris dans la période du 4 décembre 2010 au 11 avril 2011, sous le régime fantôche de Laurent Gbagbo.
Sur la base de cette ordonnance, plusieurs concours organisés sous Laurent Gbagbo ont été purement et simplement annulés. Il va s’en dire que le Doctorat du sieur Sidibé Daouda est nul et non avenu. L’université Félix HOUPHOUËT-BOIGNY doit en tirer toutes les conséquences, pour ne pas se rendre complice de faux et usage de faux. Les Ministères de l’Enseignement Supérieur et de la Fonction Publique sont interpellés.
Commentaires


Comment