Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Assassinat du général Guéï: le tribunal d’Abidjan renvoie le procès au 21 janvier
Publié le vendredi 18 decembre 2015  |  Alerte Info
Ouverture
© AFP par SIA KAMBOU
Ouverture du procès de l’assassinat du général Guéï
Jeudi 17 décembre 2015. Abidjan. Dix-neuf personnes dont le général Dogbo Blé, un ex-homme fort du régime de Laurent Gbagbo, et Anselme Séka Yapo (photo), ancien responsable de la sécurité rapprochée de Simone Gbagbo, comparaissaient devant le tribunal militaire pour assassinat et complicité d’assassinat du général Robert Guéï, ex-chef de la junte en Côte d’Ivoire.
Comment




Le tribunal d’Abidjan a renvoyé jeudi au 21 janvier pour "défaut de formalité" le procès de l’assassinat du général Robert Guéï, ancien chef de l’Etat ivoirien (1999-2000), dans lequel sont accusés une vingtaine de personnes dont des ex-chefs militaires sous l’ère Laurent Gbagbo.

Ouvert à 10H30, heure locale par le président de la Cour, le juge Dembélé Tahirou, celui-ci a procédé à la vérification des identités des prévenus arrivés menottés en fil indienne au tribunal dont Anselme Séka Séka, ancien aide de camp de Simone Gbagbo et Bruno Dogbo Blé, commandant de la Garde républicaine sous Laurent Gbagbo.

En juin, Anselme Séka Séka, a été condamné dans un autre procès à "20 ans de prison fermes pour assassinat et tentative de destabilisation" et Bruno Dogbo Blé pour "le bombardement du marché d’Abobo", nord d’Abidjan.

Dans le box des accusés, avait déjà pris place l’ancien ministre de la Défense de M. Gbagbo, Moïse Lida Kouassi actuellement détenu au camp pénal de Bouaké (centre ivoirien) pour "tentative de coup d’Etat".

La lecture du Procès-verbal (PV) est faite peu après pour rappeler les faits qui sont reprochés aux accusés.

Le 19 septembre 2002, jour d’une tentative de coup d’Etat contre le pouvoir Gbagbo, le général Robert Guéî a été retrouvé assassiné à Cocody (est d’Abidjan) après avoir été enlevé à Cathédrale au Plateau, selon le procès verbal lu à l’audience.

En plus du général Guéï, son épouse Rose Doudou, son aide de camp Fabien Coulibaly et cinq autres militaires de sa garde rapprochée ont trouvé la mort.

Suite à la lecture du PV, le commissaire du gouvernement Ange Kessi et le conseil des accusés sont invités par à faire des "observations".

Aucune observation n’ayant été faite par le conseil des prévenus, le juge Tahirou décide du renvoi du procès.

"L’audience du procès de l’assassinat du Général Guéï est renvoyée au jeudi 21 janvier à l’Etat-major pour défaut de formalité", a déclaré le président du tribunal Dembélé Tahirou, mettant ainsi fin à l’ouverture de ce procès.



ATB
Commentaires


Comment