Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

La création d’emplois décents, une urgence pour une croissance partagée en Côte d’Ivoire (Rapport)
Publié le vendredi 18 decembre 2015  |  APA
Finances:
© Abidjan.net par Marc Innocent
Finances: cérémonie de présentation des nouvelles applications de remboursement de la TVA
Vendredi 11 Décembre 2015. Abidjan. La direction générale des impôts a procédé à la présentation de nouvelles applications devant servir à l`organisation et l`optimisation des remboursements des crédits de la taxe sur la valeur ajoutée. C`était en présence du Premier Ministre Daniel Kablan Duncan et des ministères techniques concernés. Photo: Daniel Kablan Duncan, Premier Ministre
Comment




Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le deuxième rapport 2015 de la Banque mondiale sur la situation économique de la Côte d’Ivoire lancé, jeudi, recommande la création d’emplois décents pour une croissance partagée dans le pays.

Intitulé « La force de l’Eléphant, pour que sa croissance génère plus d’emplois de qualité », ce rapport propose une stratégie qui s’appuie sur des actions visant à promouvoir la productivité dans les trois catégories d’emplois que sont l’Auto-emploi et l’emploi indépendant, l’emploi salarié et l’emploi agricole.

‘’Le principal défi de la Côte d’Ivoire et pas des moindres, est celui de la croissance partagée. Jusqu’ici, les taux de croissance accélérés ne se sont pas encore traduits par une baisse significative du taux de pauvreté dans le pays’’, relève le rapport lancé en présence du Premier ministre, ministre de l’Economie, des finances et du budget, Daniel Kablan Duncan.

Selon la Banque mondiale, il faut une ‘’croissance favorable’’ aux pauvres, celle qui induit la progression des revenus de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté et qui se traduit par une réduction des écarts de revenus entre les pauvres et le reste de la population.

Car, note l’institution financière mondiale, en dépit d’une croissance économique, ‘’pratiquement la plus forte du continent’’, force est de constater que ‘’la croissance rapide n’a pas été accompagnée par la création d’emplois de qualité au cours de ces dernières années’’, en Côte d’Ivoire.

Intitulée « La force de l’Eléphant, pour que sa croissance génère plus d’emplois de qualité » cette seconde édition du rapport sur la situation économique de la Côte d’Ivoire propose une stratégie qui s’appuie sur des actions visant à promouvoir la productivité dans les trois catégories d’emplois que sont l’Auto-emploi et l’emploi indépendant, l’emploi salarié et l’emploi agricole.

‘’Si le pays ne parvenait pas à générer des gains de productivité dans toutes les catégories d’emplois simultanément, le risque serait d’une Côte d’Ivoire à deux vitesses’’, estime Jaques Morisset, Economiste en chef à la Banque mondiale, co-auteur du rapport, soulignant qu’’’une politique de l’espoir est donc nécessaire pour améliorer les revenus de tous les Ivoiriens et ainsi cultiver la cohésion sociale’’ ;
En outre, le rapport indique qu’il y a aujourd’hui environ 14 millions d’Ivoiriens sur le marché du travail dont la grande majorité travaille puisque le taux de chômage y est inférieur à 7%.

Pour Pierre Laporte, Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire, en plus du ‘’bilan positif de l’économie ivoirienne’’ qui connait un formidable dynamisme depuis 2012, ‘’ce rapport propose des éléments de réponse qui peuvent alimenter le débat et aider à construire un plan d’actions pour répondre de manière optimale à cette urgence de créer des emplois de qualité’’.

Enfin, les experts de la Banque mondiale notent, également, que le marché de l’emploi est hautement segmenté en Côte d’Ivoire.

‘’D’un côté, deux tiers des travailleurs sont dans l’auto-emploi ou l’emploi familial dans des micros entreprises et des fermes, avec un revenu moyen qui se situe autour de 65 000 FCFA par mois. De l’autre, ceux qui sont employés ou propriétaires d’exploitations agricoles, industrielles et de services parviennent à sécuriser un revenu moyen de 350 000 FCFA’’, souligne le rapport, précisant qu’il y a ‘’parmi eux les privilégiés de la finance et du secteur minier qui perçoivent en moyenne plus de 2,3 et 1,6 million FCFA respectivement par mois’’.

Au total, le défi majeur pour la Côte d’Ivoire, selon le rapport, est d’assurer un emploi de qualité pour la majorité des travailleurs.

‘’Cet objectif va être atteint uniquement si le pays parvient à accroître la productivité de sa force de travail, à travers la combinaison du déplacement de ces travailleurs vers les secteurs les plus productifs de son économie et des gains de productivité dans les secteurs où sera occupée la majorité des travailleurs ivoiriens’’, recommandent les auteurs de ce deuxième rapport.

HS/ls/APA
Commentaires


Comment