Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

1 651 jugements supplétifs distribués à l’issue d’audiences foraines à Sinfra
Publié le jeudi 21 janvier 2016  |  AIP
Comment




Sinfra– L’ONG « Don d’Amour » en partenariat avec la section du tribunal de Sinfra (région de la Marahoué, Centre-Ouest) et la direction départementale de l’Education nationale ont procédé, mercredi, à la remise de jugements supplétifs à 1 651 élèves des classes primaires du département de Sinfra.

En présence du secrétaire général de préfecture, Akpa Aimé Roland, le responsable de « Don d’Amour », Fahé Donatien, a dit que les audiences foraines initiées par la section du tribunal depuis 2014 ont permis de distribuer plus de 4 000 jugements supplétifs à des personnes majeures et mineures. Pour cette cérémonie, ce sont 523 élèves au CP1, 377 au CP2, 598 au CE2, 220 au CM1 et 113 au CM2 qui en ont bénéficié.

L’opération visait à établir des jugements pour ceux qui en sont dépourvus mais aussi à sensibiliser les parents à déclarer les naissances dans les délais de 90 jours francs prévus par la loi. « L’ONG travaille avec ses propres moyens et sillonne tous les hameaux pour recenser les populations concernées », a-t-il indiqué.

M. Akpa Aimé, représentant le préfet, a remercié les promoteurs de ces audiences foraines et a déploré le fait que les populations ne déclarent pas les naissances alors que les lois en vigueur ont évolué et les délais de déclaration prolongés jusqu’à trois mois. « Si vous ne déclarez pas vos enfants, l’Etat ne peut pas prévoir efficacement les infrastructures socio-éducatives et les investissements », a-t- il fait remarquer aux parents avant d’ajouter que le jugement supplétif doit être une exception et non la règle.

La marraine de la cérémonie, la directrice départementale de l’Education nationale, Mme Bindé Djessan, a exprimé la gratitude de la communauté éducative au tribunal et à l’ONG « Don d’Amour ». Elle a souligné que cette action s’inscrit dans la droite ligne de la politique de « L’école obligatoire pour tous les enfants » prônée par le gouvernement.


gnj/aaa/cmas
Commentaires


Comment