Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

CPI: Les observations des avocats de Gbagbo est "une insulte à la mémoire des victimes" de la crise ivoirienne selon le parti de Ouattara
Publié le mardi 2 fevrier 2016  |  Alerte Info
Joël
© Autre presse par DR
Joël N`guessan, Secrétaire général Adjoint chargé de la communication et porte-parole du RDR
Comment




Les observations des avocats de l’ex-président Laurent Gbagbo, accusé de crimes contre l’humanité commis lors des violences post-électorales de 2010 à 2011 "est une insulte à la mémoire des milliers de victimes", selon le Rassemblement des républicains (RDR), le parti de l’actuel chef de l’Etat Alassane Ouattara, dans une note

"Nous considérons leur plaidoirie comme de la pure diversion et une insulte à la mémoire des milliers de victimes de la crise post-électorale", a soutenu le porte-parole du RDR, Joël N’Guessan, après les déclarations liminaires des avocats de M. Gbagbo, à la reprise lundi du procès de l’ancien président à la Cour pénale internationale (CPI).

Dans leurs exposés, les avocats ont accusé le procureur Fatou Bensouda d’avoir une "approche militante" de la crise post-électorale ivoirienne, soutenant que M.Ouattara a "pris le pouvoir par la force avec l’aide de la France (qui) ne voulait pas d’une paix négociée" en Côte d’Ivoire.

"Les chefs d’accusation portés contre" L’ex-président et son ancien ministre de la jeunesse, Charles Blé Goudé "n’ont rien à voir avec la France", a estimé M.N’Guessan, précisant que M. Ouattara était le vainqueur de l’élection présidentielle de 2010.

Pour lui, "les milliers de morts sont de la responsabilité exclusive de Laurent Gbagbo et de ses fanatiques suiveurs (qui) ont refusé leur défaite" à la présidentielle de 2010, accusant les avocats des accusés de vouloir "travestir la vérité".

Le procès conjoint de MM. Gbagbo et Blé Goudé, ex- leader des "jeunes patriotes" s’est ouvert jeudi à la CPI. Ils sont poursuivis pour "crimes contre l’humanité", commis lors des violences post-électorales de 2010 à 2011 qui ont officiellement fait plus de 3.000 morts en Côte d’Ivoire.

EFI
Commentaires


Comment