Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Trahis par Facebook et des téléphones volés, deux ex-combattants braqueurs prennent 20 ans de prison
Publié le samedi 13 fevrier 2016  |  AIP
Comment




Bonoua, Maiga Yacou, 25 ans, et Minta Salif, 30 ans, deux ex-combattants démobilisées, ont été reconnus coupables de "vol de nuit en réunion avec effraction et à mains armées", et condamnés à 20 ans de prison ferme par le tribunal de Grand-Bassam, après qu’ils ont publié sur ‘’Facebook’’ des photos prises avec des téléphone portables volés lors d’un braquage.

Au cours de l’audience qui a eu lieu mercredi, les deux braqueurs ont été reconnus coupables d’avoir agressés à leur domicile sis au quartier résidentiel de Bonoua, le couple Anibe Anibe David la nuit du 24 au 25 décembre 2015, encagoulés et munis d’une kalachnikov et d’un pistolet. Ils ont emporté, selon le dossier d'accusation, la somme de 380.000, divers objets dont deux téléphones portables de haute gamme lors de cette opération.

Les victimes avaient alors porté plainte dès le lendemain de leur agression au commissariat de police de la ville.

Quelques jours plus tard après leur malheur, des amis à M. Anibe lui font part de ce qu’ils reçoivent via sa page Facebook des photos d’inconnus en pleine fête. Les "nouveaux propriétaires" de leurs téléphones portables utilisaient ces appareils pour publier sur les réseaux sociaux certaines de leurs prises de vue, dont plusieurs témoignaient de moments fastes sur des plages de la région et dans des espaces de loisir.

M. Anibe s’empresse donc de faire des impression de ces images qu'il transmet à la police locale. Sans aucun mal, les agents de police de Bonoua y reconnaissent deux ex-combattants cantonnés à Bonoua. Interpellés avec en leur possession les téléphones portables de leurs victimes, Maiga Yacou et Minta Salif, confondus et trahis par Facebook et les appareils, ne mettent pas de temps se reconnaître être les auteurs de ce braquage.

Devant le juge au tribunal de Grand-Bassam, ils ont affirmé qu'ayant été démobilisés en réinséré, ils bénéficiaient ainsi de petits contrats de gardiennage moyennant un traitement mensuel de 15000 FCFA.

Selon leur récit, ils ont planifié ce braquage perpétré à l'aide de leurs armes de service, depuis un hôtel de la ville où ils étaient de faction.

Tenant compte du fait que ce genre d’attaques à domicile est devenu récurrent à Bonoua, le tribunal a opté pour une application sévère de la loi. Le juge a condamné chacun des deux malfrats à une peine de 20 années de prison ferme, 5 ans de privation des droits et d’interdiction de paraître sur le territoire national en déhors de leur lieu de naissance.

Ils devront en outre dédommager de façon solidaire M. Anibe à hauteur de 800.000 FCFA pour tous les préjudices subis.

(AIP)

as/tad/tm
Commentaires


Comment