Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

L’unique établissement secondaire public de Kounahiri en proie à de nombreuses difficultés
Publié le samedi 19 mars 2016  |  AIP
Comment




Zuénoula - Ouvert depuis 2009, l’unique collège moderne de Kounahiri (Centre-Nord, région du Béré), connait de nombreuses difficultés dans son fonctionnement, a constaté l’AIP lors d’une visite dans l’établissement.

L’administration est sans matériel de travail dans cet établissement, qui manque d’éducateurs pour ses de 1326 élèves, ainsi que d’électricité, de clôture et de latrines adéquates.

Selon les responsables du Comité de gestion des Établissements scolaires(COGES), qui se sont ouvert à l’AIP jeudi, l’espoir suscité lors de la visite du Président Alassane Ouattara le 24 juillet dans leur localité, concernant la promesse de réhabilitation de leur collège « a fait place au désespoir ».

Le personnel du collège souligne également que des démarches entreprises auprès du Conseil général, ainsi que bien d’autres sollicitations « n’ont rien changé ».

Pour l’année scolaire 2015-2016, l’école est confrontée à un problème d’infrastructures d’accueil du fait de l’effectif qui a triplé avec les nouveaux orientés en 6ème. De sorte qu’après la programmation sur la base de la double vacation, quatre classes ne fonctionnent pas, selon le Principal Kouassi Benoît.

Comme solution proposée, des salles de classes du primaire ont été sollicitées. Ainsi mercredi et samedi les 352 élèves de la 6ème s’y rendent pour faire cours, ce depuis le début de l’année. L’établissement est fonctionnel avec deux bâtiments de quatre classes pour six professeurs titulaires. Six autres vacataires ont donc été pris en charge par le COGES. Un troisième bâtiment entamé par ledit comité est inachevé du fait de manque de moyens.

Les responsables de l’école et ceux du COGES sont formels « Sans l’achèvement du troisième bâtiment de quatre classes avant la rentrée prochaine, les choses risquent d’être douloureuses surtout pour les nouveaux affectes en 6ème ». Fort de cela ils prient particulièrement le Conseil regional de se pencher sur le sort des enfants de Kounahiri dont les parents ont « le sentiment d’être sacrifiés et oubliés ».

(AIP)

akr/amak/tm
Commentaires


Comment