Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Cour pénale internationale : Un conseiller de Bensouda exige la poursuite des ex-rebelles ivoiriens
Publié le jeudi 24 mars 2016  |  Le Quotidien d’Abidjan
Processus
© Abidjan.net par Marc Innocent
Processus de réconciliation: Anne Ouloto échange avec les experts des Nations Unies
Mardi 20 janvier 2015. Abidjan. Le ministre en charge de la question des victimes de Guerre, Anne Désirée Ouloto a eu une séance de travail avec une délégation du haut commissariat des droits de l`Homme des Nations Unies dirigée par Mohammed Ayat.
Comment




Le marocain Mohamed Ayat, expert indépendant de l’ONU pour les droits de l’Homme en Côte d’Ivoire, par ailleurs conseiller juridique de Fatou Bensouda, procureure de la Cour Pénale Internationale (CPI) exige du régime d’Abidjan des poursuites judiciaires contre les ex-rebelles ivoiriens, auteurs de nombreux crimes en Côte d’Ivoire.

Mohamed Ayat a fait savoir avant-hier 22 mars 2016 que le régime Ouattara préfère se focaliser beaucoup plus sur la crise postélectorale de 2010 et laisser dans l’ombre les évènements antérieurs, notamment les crimes commis par les ex-rebelles en 2002. Cette situation, selon lui, doit prendre fin. « Toutefois, il est clair que les procédures se focalisent sur la crise électorale de 2010 et 2011, alors que d’autres violations graves des droits de l’Homme ont été commises lors des crises précédentes et ont fait l’objet de rapports détaillés de différentes commissions d’enquête des Nations Unies. La lutte contre l’impunité en cours ne devrait pas épargner les auteurs de ces crimes » a-t-il martelé dans son rapport. Mohamed Ayat a exprimé son indignation face aux agissements du régime Ouattara qui dit vouloir mettre fin à l’impunité en Côte d’Ivoire, mais qui en même temps n’a de cesse de protéger ceux qui ont planté le glaive dans le sein de la mère patrie le 19 septembre 2002. Le rapport de l’expert relève par ailleurs que les victimes de 2002 attendent toujours que justice leur soit rendue. « J’invite le gouvernement ivoirien à continuer à équilibrer les poursuites judicaires lancées dans les deux camps contre les auteurs présumés de violations des droits de l’Homme de manière la plus susceptible de panser les griefs causés par l’ensemble des crises depuis le 19 septembre 2002 » préconise le conseiller juridique de Bensouda. L’expert indépendant a présenté ce rapport le 22 mars 2016 à l’occasion d’une réunion des Etats membres du Conseil des droits de l’Homme dans lesdits Etats. Le rapport qui a été présenté est le résultat de la troisième visite du Marocain en Côte d’Ivoire, effectuée du 2 au 12 novembre 2015, et couvrant la période allant du 1er septembre au 31 décembre 2015. Cette mission a permis à l’Expert indépendant de rencontrer plusieurs hautes autorités ivoiriennes et plusieurs acteurs nationaux et internationaux. Il a ainsi rencontré le Premier Ministre et d’autres membres du gouvernement dont le ministre de la Justice, le ministre des Droits de l’Homme et des Libertés publiques, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité et le ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant. L’expert indépendant a également rencontré des responsables de secteurs stratégiques tels que la Commission électorale indépendante (CEI), la Commission nationale pour la réconciliation et l’indemnisation des victimes, le programme national de cohésion sociale (Pncs) et la Cellule de coordination, de suivi et de réinsertion. Mohamed Ayat avait pu avoir une réunion avec de hauts magistrats dont la procureure générale de la Cour suprême, le procureur général près la Cour d’appel d’Abidjan et le procureur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan qui est aussi responsable de la Cellule spéciale d’enquête et d’instruction.

Elvis Gouza
Commentaires


Comment