Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Affaire Bouaké (1/5) - Genèse d’une énigme franco-ivoirienne
Publié le lundi 2 mai 2016  |  RFI
Présidentielle
© Ivoire-Presse par G. Lasme
Présidentielle - sécurité : Deploiement de 1500 soldats des FAFN.
Le départ de 1500 soldats Fafn pour la sécurisation du second tour a debuté a Bouaké le jeudi 25 novembre 2010 en présence du CEMA Soumaila Bakayoko ,le Cdt Shérif Ousmane et des forces licornes.
Comment




Épisode-clé de la crise ivoirienne et de l’histoire récente entre la France et la Côte d’Ivoire, le bombardement de Bouaké est aussi l’un des plus troubles. Le 6 novembre 2004, l’armée ivoirienne bombarde un camp français de la force Licorne à Bouaké. Neuf soldats français et un Américain sont tués, 38 personnes blessées. Après 11 ans d’instruction, que sait-on? Quelles zones d’ombre persistent ? RFI revient sur cet épisode tragique. Une enquête en 5 volets d’Anthony Lattier, avec le concours de Frédéric Garat.

Son épaisse chaussure noire compensée lui permet encore de marcher, mais ce soldat français le sait, un jour viendra où il faudra l’amputer. Le 6 novembre 2004, son pied gauche a été en partie arraché par l’explosion des roquettes lâchées par l’aviation ivoirienne au-dessus du lycée Descartes, l’un des camps militaires français de Bouaké, de la Côte d’Ivoire. « Pendant l’évacuation, j’ai refusé d’être amputé, j’ai perdu beaucoup de sang. Et puis je suis tombé dans le coma. Je suis passé 62 fois sur le billard », se souvient-il. « La ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie est passée nous voir à notre chevet pour nous dire " ne vous inquiétez pas, vous connaîtrez la vérité. On vous dira tout ". Mais la vérité qu’elle nous a présentée ensuite, c’était pas ça. »

Onze ans d’instruction n’ont pas permis de lever le voile sur plusieurs épisodes troubles de cette tortueuse affaire. Pour la comprendre, il faut tout d’abord revenir à ses origines. En novembre 2004, la Côte d’Ivoire est dirigée par Laurent Gbagbo. Son pouvoir ne s’exerce pas au-delà d’une ligne qui coupe le pays en deux. Au nord, les rebelles des Forces nouvelles, soutenus par le Burkina Faso. Au sud, le pouvoir officiel. Entre les deux a été établie une zone dite « de confiance » où patrouillent les Casques bleus de l’ONUCI, appuyés par les soldats de la force française Licorne.
... suite de l'article sur RFI

Commentaires


Comment