Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Côte d’Ivoire: 18 mois de prison pour un policier ayant tué accidentellement un étudiant
Publié le mardi 2 aout 2016  |  AFP
Tribunal
© Abidjan.net par D. Assoumou
Tribunal Militaire d’Abidjan: point de presse sur l’ouverture de l’enquête de l’assassinat du Général Robert GUEI
Mercredi 11 mars 2013. Abidjan. Ange Kessi, Commissaire du gouvernement a animé un point de presse au cours duquel il a annoncé l`ouverture du procès de l`assassinat du Général Robert GUEI dans les prochains jours. Selon Ange Kessi le verdict du juge d`instruction sera connu d`ici fin juin.
Comment


Abidjan - Un policier ivoirien a été condamné mardi à "18 mois de prison ferme" pour avoir renversé au volant d’un véhicule de police un étudiant sur le campus d’Abidjan, a-t-on appris de sources judiciaires.

Le tribunal militaire d’Abidjan a "condamné le sergent-chef Gervais Zoukou à 18 mois de prison ferme pour homicide involontaire, sans circonstance atténuante", selon le verdict prononcé par le juge.

Le commissaire du gouvernement (le procureur militaire) Ange Kessi avait requis 24 mois de prison.

"Nous ressentons de la douleur et beaucoup de ressentiment car l’étudiant qui a été tué était l’espoir d’une famille, et on condamne son assassin à seulement 18 mois. C’est peu", a estimé Nond Dossongui, secrétaire à l’information de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci).

Roland Allaba, étudiant en Science économique, a été fauché le 17 juin sur le campus par le policier au volant d’une voiture de patrouille.

"Le policier roulait à vive allure sur le campus quand il a renversé l’étudiant qui marchait avec des béquilles. Il est décédé au CHU de Cocody", a expliqué à l’AFP Saint Clair Allah, secrétaire général de la Fesci, demandant aux autorités de faire "partir la police du campus".

Le climat à l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, la plus importante institution académique du pays, est agité depuis plusieurs mois pour des raisons diverses: arrestation d’un leader de la Fesci, évacuation de résidences universitaires, litiges académiques... Des manifestations y dégénèrent régulièrement en violences entre étudiants et forces de l’ordre, qui sont présentes de manière permanente.

La Fesci, puissant et sulfureux syndicat proche de l’ex-président Laurent Gbagbo, est à l’origine de manifestations parfois violentes sur le campus d’Abidjan.

Créée en 1990 à l’avènement du multipartisme, la Fesci, vue comme une milice par ses plus farouches détracteurs, a souvent été accusée par les ONG nationales et internationales de violences à l’égard des opposants de M. Gbagbo, ainsi que de racket en milieu étudiant.

ck/eak/pgf/de
Commentaires


Comment