Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Région
Article
Région

Conflits éleveurs-agriculteurs: M’Bahiakro risque l’implosion
Publié le lundi 19 septembre 2016  |  Notre Voie
Comment


Le village de M’Bahia-Yaokro, situé à 30km de M’Bahiakro a été le théâtre récemment d’une bagarre entre un autochtone, Uriel Coulibaly et un bouvier, Sidibé Boukary.

Selon des témoins qui sont venus à notre rédaction, la semaine dernière, le bouvier dont le bétail a détruit les plants de la parcelle familiale a porté un violent coup à l’agriculteur pour lui avoir interdit l’accès au champ. La réplique du propriétaire de la parcelle a valu un certificat médical avec une incapacité temporaire de travail(Itt) à son adversaire qui a saisi aussitôt la brigade de gendarmerie de M’Bahiakro. Mis au violon pour coups et blessures, l’agriculteur a été remis en liberté à la suite des interventions de certaines autorités de la ville. Mais au-delà ce fait, nos visiteurs ont fait cas de nombreux accrochages entre les éleveurs et les agriculteurs qui n’en peuvent plus de supporter les actes de défiances des éleveurs. « Ces bouviers se sont accaparés plusieurs parcelles de terre de certains autochtones. Et lorsqu’ils vont se plaindre auprès des autorités, ils n’ont jamais gain de cause car les bouviers disposent d’une forte assise financière. Nous sommes fatigués de subir les destructions de nos champs par les bœufs. Si rien n’est fait par les autorités compétentes, les affrontements qui ont eu lieu à Bouna risquent de survenir ici à M’Bahiakro », a menacé Kouadio Kpli Bernard, fils de M’Bahiakro. Selon lui, cette question de transhumance n’a pas encore eu de solution dans sa localité alors que tous les ingrédients d’une implosion sociale sont en ce moment réunis dans les villages du département. D’autre part, la famine menace certaines populations du fait de l’endommagement de leurs productions agricoles par le cheptel de ces éleveurs qui règneraient en maîtres absolus dans la zone.

Didier Kéi
Commentaires


Comment