Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Réforme constitutionnelle en Côte d’Ivoire: l’opposition annonce un sit-in devant l’Assemblée nationale pour exprimer son désaccord
Publié le samedi 1 octobre 2016  |  Alerte Info
Conférence
© Abidjan.net par Atapoine
Conférence de presse du président du FPI
Jeudi 20 mars 2014. Abidjan. Riviera Attoban. Le président du FPI, Pascal Affi N`Guessan anime une conference de presse.
Comment


L’opposition ivoirienne a annoncé vendredi son intention d’organiser un sit-in mercredi devant l’Assemblée nationale où Alassane Ouattara doit présenter l’avant-projet de Constitution aux députés, pour exprimer son "désaccord" avec la réforme constitutionnelle engagée par le chef de l’Etat.

"Nous appelons les Ivoiriens a se rendre massivement le 05 octobre à un sit-in devant l’Assemblée nationale afin d’exprimer notre désaccord aux députés quant à l’adoption d’une nouvelle Constitution dans le contexte et la force qui prévalent", a déclaré le président du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), Pascal Affi N’guessan, lors d’une conférence au siège de son parti à Abidjan.

Le patron du principal parti de l’opposition ivoirienne qui s’exprimait également au nom des 11 autres formations politiques membres de la coalition de l’Alliance des forces démocratiques (AFD), a accusé M. Ouattara de vouloir "influencer le vote" des députés en décidant lui-même de présenter mercredi l’avant-projet de Constitution à l’Assemblée nationale, fait inédit dans l’histoire de la Côte d’Ivoire.

M. Affi N’guessan a assuré que lui-même sera "présent" à cette "manifestation pacifique", avant d’appeler ses partisans "à vaincre la peur" en participant au sit-in.

"Il faut que les Ivoiriens, mêmes ceux qui sont à l’hôpital sortent parce que cette Constitution est un défi à notre honneur et à notre dignité", a-t-il affirmé.

Interrogé sur les éventuels dérapages qui pourraient survenir, le président du FPI a assuré avoir déjà adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, à qui il demande de "prendre des dispositions pour assurer la sécurité des manifestants".

Néanmoins, le président du FPI s’est déclaré prêt à faire face à une telle éventualité. "Que peuvent-ils faire si ce n’est des arrestations? Mieux vaut mourir pour une bonne cause que de mourir lâchement dans un hôpital".

Dans un discours plus offensif que d’ordinaire, l’ancien Premier ministre s’est dit "surpris" par les "contrevérités" de M. Ouattara qui a récemment indiqué que la réforme constitutionnelle était prévue par les accords de paix signés en 2004 à Marcoussis, en France, par les protagonistes de la crise ivoirienne d’alors.

Alassane Ouattara et Affi N’Guessan faisaient tous les deux partie des signataires, chacun pour le compte de son parti.

"Marcoussis n’a jamais parlé de doter le Côte d’Ivoire d’une nouvelle constitution", a-t-il déclaré.

Serge Alain KOFFI
Commentaires


Comment