Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Nouvelle Constitution : un Politologue donne son avis
Publié le mercredi 5 octobre 2016  |  Abidjan.net
Nouvelle
© Abidjan.net par CK
Nouvelle Constitution : un Politologue donne son avis
Dr Flan Moquet César, politologue et enseignant-chercheur, à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké
Comment


Dr Flan Moquet César, politologue et enseignant-chercheur, à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké et par ailleurs directeur du Centre de recherche politique d’Abidjan (Crpa), a animé une conférence de presse, ce mardi 4 octobre Abidjan-Cocody, pour donner son point sur le thème : « Référendum constitutionnel, élection et stabilité de l’État ».

Selon le conférencier, la constitution qui est la loi fondamentale d’un pays, transcende toute autre loi et considération de partis politique du même pays. Ainsi, elle doit être le fruit d’un consensus du peuple et le Politique. Poursuivant dans son intervention, il a indiqué qu’elle doit transcender le phénomène partisan. « La Constitution doit fédérer et non diviser, rassembler et non disperser. Toutes les dispositions de la nouvelle Constitution ne peuvent pas faire l’unanimité. C’est le vote qui tranchera. L’enjeu est de faire en sorte que le référendum soit transparent », a déclaré Dr Flan.


Selon son analyse, ce n’est pas tant le fond du texte qui suscite une levée de bouclier du côté de l’opposition, mais plutôt si le texte constitutionnel ne cache pas des velléités politiques. Il va plus loin en interpellant l’opposition que si, elle trouve le projet de nouvelle constitution non approprié d’aller s’exprimer aux urnes lors du referendum. Avant d’ajouter que si l’opposition à la conviction que des dispositions visent à favoriser un bord, il faut le relever et faire campagne autour.

Pour atténuer le caractère conflictuel de la culture politique en Côte d’Ivoire, l’enseignant-chercheur estime que la nouvelle Constitution devra épouser la « clarté et la précision. » « Elle devra faire l’économie des dispositions qui ne vont pas au bout de leur pensée et des terminologies qui donnent lieu à plusieurs interprétations différentes », estime le conférencier.

Pour que le processus référendaire ne soit pas un facteur d’instabilité de la Côte d’Ivoire, le Crpa a recommandé au président de la République de maintenir le dialogue sur la Constitution avec son opposition. Aux acteurs politiques et institutionnels, il a demandé de faire preuve de retenue et de s’employer à garantir la transparence du scrutin.

Quant à la composante de la société civile, il a indiqué qu’elle doit se projeter aux devants de la scène pour éclairer, interpeller, apaiser, sans parti-pris. Aux populations, le Crpa a demandé de ne pas se laisser éconduire. Elles doivent toujours mettre en rapport l’évolution institutionnelle avec la nécessité de la stabilité de l’État. En ce qui concerne les médias, le centre préconise de traiter l’information relative au contexte du référendum avec professionnalisme.

Pour rappel, Centre de recherche politique d’Abidjan (Crpa) est un « Think tank » (laboratoire d’idées), dont l’objectif principal est de contribuer à la stabilité et à la durabilité des institutions en Côte d’Ivoire et en Afrique par la recherche, la formation, le conseil et la médiation.

C.K
Commentaires


Comment