Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Sport
Article
Sport

Yamoussoukro / A la découverte de l’art martial «Kankun Kpoukpou-Gnangnan»
Publié le vendredi 7 octobre 2016  |  Notre Voie
Comment


Connaissez-vous le Kankun Kpoukpou-Gnangnan ? C’est un art martial créé à Yamoussoukro par maître Duffi Kouadio. Selon cet expert, le Kankun Kpoukpou Gnangnan est la technique de l’anguille électrique communément appelé « le poisson courant ». Cette discipline, selon lui, se veut à la fois ivoirienne et panafricaniste. Les phases, positions et différents katas sont prononcés en langues locales. Notamment des onomatopées baoulé, bété, attié, dioula etc. Ceux-ci renvoient généralement aux appellations d’animaux ou de pièges. Sur la place Jean-Paul II de Yamoussoukro où nous l’avons rencontré, maître Duffi Kouadio faisait exécuter à des adolescents qu’il entraine, des positions baptisées « Gboklo », « Kimanglo » etc. La première désigne le cadenas et la seconde, l’épervier.
Signalons que c’est en 2000 que le maître et expert Duffi Kouadio a créé le Kankun Kpoukpou Gnangan. Il dit avoir été inspiré par un documentaire sur l’anguille électrique. « J’ai vu que 10 caïmans qui poursuivaient une anguille sont tous morts lorsqu’ils se sont retrouvés plus près d’elle. L’autre fait qui m’a marqué est que l’énergie de l’anguille a alimenté un bateau auquel celle-ci était raccordée via une flèche pointée dans sa bouche par l’équipage. J’ai réfléchi pour comprendre comment ce poisson réussissait de telles prouesses. Voici l’histoire de la naissance du Kankun Kpoukpou Gnangnan. J’ai exploité les techniques du poisson courant pour mettre en place cette discipline », explique-t-il. Avant de rappeller qu’il a pratiqué quatre disciplines avant d’inventer la sienne. « Après avoir pratiqué le Taekondo, le Kung Fu, le Shotokan, le Jeet Ki Do pendant 38 ans, j’ai compris que l’Afrique doit prendre son destin en mains en créant ses propres disciplines d’arts martiaux. Les autres ont crée des techniques du chat, du lion, du serpent et autres, moi j’ai créé la technique de l’anguille électrique », a-t-il renchéri. Tout en invitant les pratiquants d’arts martiaux et les autorités ivoiriennes à s’approprier cet art martial Made in Côte d’Ivoire.
Au Kankun Kpoukpou-Gnagnan, les grades partent de la ceinture blanche à la ceinture or qui fait du détenteur, un maître expert. L’or désigne, selon Duffi Kouadio, la chefferie et la royauté. Vantant les vertus de son art, le maître expert Duffi Kouadio soutient qu’outre le self défense, celui-ci restaure le cerveau, améliore la mémoire des enfants et régularise la tension artérielle.
Natif de Béoumi, maître expert Duffi Kouadio a d’autres cordes à son arc. Il est artiste-chanteur, décorateur et calligraphe de profession. Il s’est présenté à nous comme un herboriste qui fait de la recherche sur les plantes médicinales. « Nos parents sont morts avec leurs connaissances. Je traite plusieurs maladies. Très bientôt, je vais éditer les fruits de mes recherches dans un livre. Je fais aussi la chirurgie traditionnelle », s’est vanté Duffi Kouadio.

Ouattara Abdul-Mohamed

Commentaires


Comment